La charte de la laïcité à l'école dévoilée

Ce texte voulu par le ministre de l'Education nationale sera affiché lundi dans toutes les écoles de France.

Le ministre de l\'Education nationale, Vincent Peillon, le 5 septembre 2013 à Feuquières-en-Vimeu.
Le ministre de l'Education nationale, Vincent Peillon, le 5 septembre 2013 à Feuquières-en-Vimeu. (DENIS CHARLET / AFP)

Dès demain, elle sera affichée dans toutes les écoles de France. Le Journal du Dimanche publie dimanche 8 septembre la charte de la laïcité à l'école, voulue par le ministre de l'Education nationale Vincent Peillon. Le texte sera présenté officiellement lundi dans un lycée de La Ferté-sous-Jouarre (Seine-et-Marne).

"Trop de gens ont aujourd'hui une représentation erronée de la laïcité. Ils la perçoivent comme un interdit, comme une arme non d'inclusion mais d'exclusion, non de respect mais de stigmatisation", explique Vincent Peillon au JDD pour justifier l'existence d'une telle charte. Et de souligner : "la laïcité n'est contre aucune religion".

L'interdiction du port du voile rappelée

La charte rappelle, dans ses articles 6 et 9, que la laïcité "protège de tout prosélytisme et de toute pression" et "garantit l'égalité entre les filles et les garçons". Elle interdit aussi à un élève d'"invoquer une conviction religieuse ou politique pour contester à un enseignant le droit de traiter une question au programme".

Cet article répond aux problèmes que peuvent parfois rencontrer les professeurs de biologie en enseignant la sexualité ou l'évolution. "Sur l'évolution, des élèves d'un lycée en Seine-Saint-Denis, rendaient des copies blanches en partant du principe que le Coran et la Bible n'en parlaient pas", expliquait il y a quelques jours à l'AFP Serge Lacassie, président de l'association des professeurs de biologie et géologie.

Les signes religieux ostentatoires, interdits depuis la loi de 2004 sur le voile, sont mentionnés à l'article 14. "Le port de signes ou tenues par lesquels les élèves manifestent ostensiblement une appartenance religieuse est interdit", stipule la charte. Pour accompagner ce texte, Vincent Peillon précise qu'un "texte de commentaire article par article" sera distribué aux professeurs et personnels des établissements scolaires. Le ministre souhaite que ces derniers s'approprient la charte.