Cet article date de plus de neuf ans.

En Finlande aussi, la place de l'anglais à l'université fait débat

Les cours en anglais à l'université font également débat en Finlande. Oui mais là-bas, c'est le "tout anglais" qui interroge, certaines écoles ayant décidé de dispenser leurs cours uniquement dans la langue de Shakespeare.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
  (Bob Strong Reuters)

Quelle
place laisser à l'anglais dans l'enseignement supérieur ? Si
le sujet interroge en France, à l'occasion d'une nouvelle reforme
sur l'université, il questionne également en Finlande.
Mais là, il ne s'agit pas de dispenser certains cours en anglais,
mais bien de passer au "tout anglais".

Un programme entièrement en anglais

Début
mars, l'école de commerce d'Helsinki a provoqué un tollé en
annonçant l'abandon à la rentrée 2013 pour les étudiants en
master, des deux langues officielles du pays, le finnois et le
suédois, au profit de l'anglais.
Le
nombre de cours enseignés en anglais sous l'impulsion du ministère
de l'Education
nationale, augmente dans toutes les universités du pays. L'école de commerce
sera toutefois la première à lancer un programme entièrement en
anglais.

"Au
niveau licence, il y aura toujours des cours en finnois, pour
l'enseignement des concepts basiques. Mais il faut nous comprendre:
les compétences linguistiques de nos étudiants deviennent de plus
en plus importantes
",
s'est défendu Martti Raevaara, vice-président chargé des affaires
universitaires de l'Université d'Aalto, à laquelle est rattachée
l'école de commerce de 3.600 étudiants. "Cela
nous permettra aussi d'accueillir plus d'étudiants et d'enseignants
étrangers
".

L'anglais gagne trop de terrain

Pour
Pirkko Nuolijaervi, directrice de l'Institut des langues de
Finlande, chargée de mettre à jour régulièrement grâce à des
dictionnaires le vocabulaire finnois et suédois, l'anglais gagne
trop de terrain.

"Evidemment,
nous n'avons rien contre des cours enseignés en anglais. Mais le
risque est que dans certains domaines académiques, nous n'utilisions
plus du tout le finnois ou le suédois".

Les
partisans d'une protection renforcée des langues officielles de la
Finlande notamment du finnois, parlé par 95% de la population,
assurent que l'initiative de l'école de commerce est
illégale :" d'après
la loi finlandaise, la langue d'enseignement principale dans les 
universités
doit être le finnois ou le suédois. Elles peuvent utiliser d'autres
langues en plus de celles-ci, mais ne peuvent pas complètement les
remplacer
" , s'insurge Jussi Niinistö, député du parti
d'extrême droite des Vrais Finlandais.

" Au
fil des siècles, les Finlandais ont dû se battre, contre l'empire
suédois d'abord, puis contre les Russes, pour pouvoir utiliser le
finnois comme langue officielle, administrative. Ils craignent
peut-être qu'aujourd'hui, cela leur échappe à nouveau
" ,
explique la directrice des relations internationales de l'Université
d'Aalto, Mari-Anna Suurmunne. Comme
dans d'autres pays d'Europe, l'anglais prend une part de plus en plus importante dans la vie quotidienne des Finlandais. Elle a déjà pris d'assaut la
télévision, où séries et films américains sont diffusés en version originale sous-titrée.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Education

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.