Vidéo Covid-19 : "On n'est pas en situation de transformer en contrôle continu" les épreuves de spécialité du baccalauréat, indique Jean-Michel Blanquer

Publié Mis à jour
Article rédigé par
Radio France

À l'issue de la réunion entre les syndicats et le gouvernement, Jean-Michel Blanquer a annoncé que la possibilité du report des épreuves d'enseignement de spécialité du baccalauréat, qui ont normalement lieu au mois de mars.

"On n'est pas en situation de transformer" les épreuves de spécialité du baccalauréat, prévues en mars, "en contrôle continu", a déclaré le ministre de l'Éducation nationale, Jean-Michel Blanquer, vendredi 14 janvier sur franceinfo, au lendemain d'une importante journée de mobilisation des enseignants. "Il y a plutôt un enjeu sur la date", a ajouté celui qui "espère qu'on pourra être le plus près possible de l'organisation normale du baccalauréat".

>> Grève des enseignants : masques, recrutements, baccalauréat... Ce qu'il faut retenir des annonces de Jean-Michel Blanquer

"Nous allons voir s'il est pertinent" de reporter ces épreuves, a-t-il indiqué. "Je vais aussi écouter le Conseil national de la vie lycéenne, que je vais bientôt réunir et sortir avec la solution la plus consensuelle, comme nous l'avons fait les deux années précédentes, à chaque fois que nous avons dû nous adapter en fonction de la crise", a-t-il poursuivi.

"Ces enseignements de spécialité sont importants, puisque dans la réforme du baccalauréat, c'est vraiment les points forts des élèves qui s'expriment et c'est un point important de la note et donc nous regardons ça avec beaucoup d'attention", a-t-il souligné. "C'est important qu'en temps ordinaire, ça se tienne au mois de mars" mais "nous ne sommes pas dans des temps ordinaires", a-t-il rappelé.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.