Corse : le FLNC annonce l'abandon de la lutte armée

Dans un texte authentifié par le mensuel Corsica, le groupe séparatiste clandestin annonce mercredi que "sans préalable et sans équivoque aucune, notre organisation a décidé unilatéralement d'enclencher un processus de démilitarisation et une sortie progressive de la clandestinité".

(Conférence de presse du FLNC en juillet 2012 © Maxppp)

Après 38 ans de lutte clandestine, le Front de libération nationale corse annonce mercredi dans un texte qu'il va déposer les armes. Dans un texte authentifié par le mensuel Corsica , le mouvement armé clandestin demande aux élus corses "d'entreprendre en tout logique, dans le cadre de l'évolution de nos institutions et l'instauration d'un nouveau statut négocié avec l'Etat français, le réglement de la question des prisonniers et recherchés politiques ".

"C'est une geste politique de maturité et de courage" pour Christophe Angeli, élu territorial
--'--
--'--

Au-delà de cet appel à une solution politique, le texte assure que "pour notre part, sans préalable et sans équivoque aucune, notre organisation a décidé unilatéralement d'enclencher un processus de démilitarisation et une sortie progressive de la clandestinité ". Le FLNC ajoute qu'il se désolidarisera de "toute partenité d'actions militaires sur le territoire corse et français ". Et ce , "dés la parution de notre communiqué ".

Reste à savoir comment sera reçu ce communiqué au sein du mouvement indépendantistes. "Beaucoup d'organisations devront se repositionner et prendre des positions beaucoup plus politiques et beaucoup plus responsables sur le terrain. Reste la question des prisonniers politiques. Il faut se battre pour qu'ils sortent ", analyse l'un des dirigeants  historiques du flnc,  Pierre Poggioli, aujourd'hui élu à l'assemblée de Corse.