Cet article date de plus de huit ans.

Comment savoir si vous tolérez Diane 35 ?

L'Agence nationale de sécurité du médicament a fait état dimanche de quatre décès liés au médicament Diane 35, utilisé comme contraceptif. Comment reconnaître et agir face aux effets secondaires ? 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Le médicament contre l'acné Diane 35, souvent prescrit comme contraceptif. (PHILIPPE HUGUEN / AFP)

Les femmes sous Diane 35 doivent-elles craindre de prendre leur traitement ? Quatre décès peuvent être directement liés à Diane 35 depuis sa commercialisation en 1987 en France, a annoncé dimanche 27 janvier l'Agence nationale de sécurité du médicament (ANSM). Ce médicament anti-acné, souvent prescrit comme contraceptif, est le dernier à être mis en cause après une alerte concernant les pilules de 3e et 4e générations.

Ecoulés à près de 5 millions de plaquettes par an, Diane 35 ou ses génériques (Holgyeme, Lumalia, Evépar, Minerva) sont actuellement utilisés par environ 315 000 femmes en France. Comment reconnaître si vous êtes en danger ? Eléments de reponse. 

Quels sont les risques ? 

Comme il est écrit sur la notice du médicament retranscrite par Eurekasanté.fr, Diane 35 expose à un "risque rare et accru d'accident thromboembolique (phlébite, embolie pulmonaire, accident vasculaire cérébral) mais devant faire l'objet d'une interruption de traitement. Ces accidents se traduisent par la formation de caillots dans le sang, pouvant entraîner une embolie pulmonaire" ou un accident vasculaire cérébral. 

L'embolie pulmonaire peut entraîner une paralysie partielle ou même la mort dans certains cas.

Quels sont les effets secondaires? 

Contactée par notre rédaction, l'ANSM recense trois types d'effets indésirables liés à "des risques veineux, épatiques et cutanés"

Des maux de tête. Les premiers signes peuvent être de violents maux de tête. Dans Le Parisien (article payant), Laure Manoukian, 26 ans, évoque des "maux de tête terribles". Selon la notice du médicament, ce seul symptôme ne contraint pas à abandonner le traitement.

Des difficultés à se mouvoir. Lors de sa première consultation, la jeune femme se plaint également d'une inflammation des articulations l'empêchant de marcher. 

Un essoufflement. Les symptômes de Laure s'accompagnent deux mois plus tard d'essoufflement. Un jour, après avoir couru une heure, elle se rend compte qu'"elle a du mal à porter son ordinateur". Elle se sent soudain très essoufflée. "J'étouffais, j'ai vu ma vie défiler", confie-t-elle. 

Des troubles de la vision. Laetitia, 25 ans, est une étudiante à qui on avait prescrit Minerva, un générique de Diane 35. Elle confie au JDD le 6 janvier que "des points noirs sont apparus devant [s]es yeux. On a diagnostiqué une occlusion de la veine centrale rétinienne, c’est-à-dire une thrombose de l’œil". Cette maladie est une obstruction vasculaire qui a pour conséquence une moins bonne circulation du sang dans les veines et les artères. 

Comment agir ?  

L'ANSM conseille de ne pas interrompre la pilule pour ne pas être exposée à un risque de grossesse non désirée. Elle appelle les femmes à prendre rendez-vous avec leur médecin en cas de symptômes. "Chaque femme peut avoir une stratégie différente, un recours qui dépend des antécédents médicaux et familiaux."

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Société

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.