Cet article date de plus de huit ans.

Washington prêt à abandonner l'attribution des noms de domaine

Le gouvernement américain se met en retrait dans la régulation d'internet. Il a annoncé vendredi qu'il était prêt à abandonner le rôle central qu'il tient actuellement dans l'attribution des noms de domaine, au profit d'une gouvernance globale.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Franceinfo (Franceinfo)

Le ministère du Commerce américain souhaite transférer les fonctions de l'agence nationale des télécommunications et de l'information (NTIA) - agence qui gère notamment les noms de domaine sur internet - à une communauté mondiale multipartite. Il a demandé à la Société pour l'attribution des noms de domaine et des numéros sur Internet (Icann),  une organisation à but non lucratif, de superviser ce transfert.

Comment ça va se passer ?

"Nous invitons les gouvernements, le secteur privé, la société civile et les organismes impliqués dans Internet à travers le monde à nous rejoindre pour mettre en oeuvre cette phase de transition ", a indiqué le président de l'Icann Fadi Chehadé.

Ce processus sera lancé courant mars lors d'une rencontre à Singapour et devrait s'achever en septembre 2015.

Pourquoi l'Icann est-elle chargée de la supervision du transfert ?

Depuis sa création en 1998, l'Icann gère les fonctions de la NTIA via un contrat avec le gouvernement américain. L'Icann continuera de gérer ces fonctions mais sans la supervision du gouvernement américain.

Qu'est-ce que ça va changer ?

A priori, pas grand-chose. Cette annonce devrait n'avoir aucun impact sur les internautes et leur utilisation d'internet. La décision américaine pose tout de même quelques questions quant à la gestion de l'Icann et d'Internet à plus long terme.

"Le gouvernement américain est lui-même conscient que (sa décision) est négative. C'est bien pour cela qu'elle a été annoncée un vendredi après-midi " a déclaré Daniel Castro, analyste à la fondation pour l'innovation et les technologies de l'information (ITIF).

Il craint que sans la supervision de l'Icann par le gouvernement américain, des gouvernements étrangers ne respectent plus ses principes et qu'ils manipulent l'ogranisation "pour censurer des contenus hors de leurs frontières ".

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers High Tech

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.