En 2025, les machines accompliront plus de tâches professionnelles que les humains

Selon un rapport du Forum économique mondial, 75 millions d'emplois pourraient disparaître dans de nombreux secteurs d'ici cinq ans, remplacés par des millions d'autres en lien avec la révolution numérique.

Un robot dans une fabrique de semi-conducteurs à Reutlingen (Allemagne), le 16 juin 2017.
Un robot dans une fabrique de semi-conducteurs à Reutlingen (Allemagne), le 16 juin 2017. (CHRISTOPH SCHMIDT / DPA / AFP)

Les robots réaliseront bientôt davantage de tâches professionnelles courantes que les humains. "D'ici 2025, plus de la moitié de toutes les tâches actuelles réalisées sur le lieu de travail seront effectuées par des machines, contre 29% aujourd'hui", assurent des chercheurs du Forum économique mondial, dans un document (en anglais) paru lundi 17 septembre. Basée à Genève (Suisse), cette fondation est notamment connue pour organiser chaque année le Forum de Davos.

Certains secteurs seront plus touchés que d'autres par l'automatisation. Le rapport prévoit que, d'ici 2022, 75 millions d'emplois pourraient disparaître, notamment dans la comptabilité, le secrétariat, les usines d'assemblage, les centres de gestion des clients ou encore les services postaux.

Les auteurs de l'étude estiment toutefois que "la révolution robotique créera 58 millions de nouveaux emplois net au cours des cinq prochaines années". Et selon eux, quelque 133 millions d'emplois pourraient être créés en parallèle, essentiellement en lien avec la révolution numérique : intelligence artificielle, traitement des données (big data), logiciels informatiques, marketing... Les développeurs et spécialistes des nouvelles technologies seront très demandés.

Un marché du travail transformé

Pour parvenir à ces conclusions, les chercheurs ont mené une enquête auprès d'entreprises de 12 secteurs d'activité au sein de 20 économies développées et émergentes. "Si près de 50% des entreprises prévoient d'ici 2022 une diminution de leur effectif à temps plein du fait de l'automatisation, près de 40% anticipent au contraire une augmentation globale de leur effectif et plus d'un quart s'attend à ce que l'automatisation crée de nouveaux emplois", détaille le rapport.

Les conséquences concrètes pour les salariés sont difficiles à prédire, mais les chercheurs s'attendent à une "énorme perturbation (...) au sein de la main-d'œuvre mondiale", avec des "changements importants dans la qualité, l'emplacement, le format et la permanence des fonctions". De quoi modifier profondément notre rapport au travail.