Cet article date de plus de neuf ans.

Apple réalise un emprunt historique de 17 milliards de dollars

Le groupe informatique a confirmé ce mardi un emprunt obligataire de 17 milliards de dollars. Jamais une entreprise n'a autant emprunté. Apple compte utiliser l'argent pour récompenser ses actionnaires et racheter des actions. Le groupe a préféré emprunter plutôt que rapatrier ses fonds de l'étranger, qui lui aurait coûté plus cher en impôts.
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
Franceinfo (Franceinfo)

C'est le plus gros emprunt
jamais réalisé par une entreprise au monde : 17 milliards de dollars. Un
emprunt obligataire qu'Apple s'apprête à réaliser ce mardi, selon le Wall
Street Journal
. Une information confirmée par Apple mercredi dans un document transmis au gendarme boursier américain, la SEC.

Le précédent record d'emprunt
obligataire était détenu par le laboratoire pharmaceutique Roche, avec un
montant de 16,5 milliards de dollars en 2009. Une somme utilisée pour racheter
le laboratoire américain Genentech.

Avec l'argent emprunté, le
groupe informatique américain devrait quant à lui payer des dividendes à ses
actionnaires. La somme consacrée aux dividendes va passer de 45 à 100 milliards de
dollars d'ici 2015 selon le groupe.

Apple va également racheter un certain nombre de ses propres actions pour inverser la chute de son cours de Bourse. Même ce dernier a rebondi en une
semaine de 10%, le cours du géant américain a plongé de 45% depuis l'automne.

L'argent a été placé en six tranches, avec des maturités allant de trois à trente ans. Deux sont à taux variable, et quatre à taux fixes, avec des rendements allant de 0,511% à 3,883%.

Emprunter alors qu'Apple a
145 milliards de dollars de trésorerie

Apple n'avait jusqu'à présent
aucune dette. Le groupe californien dispose même en trésorerie de 145 milliards
de dollars. Une somme qui suffirait pour racheter d'un seul coup Facebook, Hewlett Packard
et Yahoo. Problème : les deux-tiers de ces immenses fonds sont placés hors des Etats-Unis,
dans des pays à fiscalité avantageuse.

Apple a donc intérêt à emprunter plutôt que de
rapatrier des montants énormes qui l'obligeraient à payer l'impôt américain
élevé sur les bénéfices. "La dette est très bon marché en ce moment aux Etats-Unis et
l'argent d'Apple à l'étranger rapporte probablement plus en intérêts que ce que
l'emprunt va lui coûter. En plus, ramener l'argent aux Etats-Unis
occasionnerait des taxes élevées, rendant l'opération encore moins attractive
financièrement
", explique Robert Enderle, analyste spécialisé dans le secteur
technologique.

Pour d'autre
spécialiste, tel que Trip Chowdhry de Global Equities Research,
ce n'est pas la bonne stratégie. Il confie : "La seule chose qui fera remonter l'action,
c'est de 
l'innovation sur les
produits
". On reproche en effet de plus en plus à la marque d'être en panne d'idées.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers High Tech

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.