Cet article date de plus de dix ans.

Faire trop de radios des dents augmente le risque de tumeurs

Les patients soumis à des radios dentaires une fois par an sont 1,4 à trois fois plus enclins à souffrir de tumeurs du cerveau, selon une étude américaine

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Une mâchoire fermée vue aux rayons X. (PASIEKA / APA / AFP)

Ne multipliez pas les radios dentaires. C'est en somme le conseil émis par des chercheurs américains dans une étude publiée mardi 10 avril dans la revue américaine Cancer éditée par l'American Cancer Society. Selon eux, les personnes qui se prêtent régulièrement à des examens radiographiques des dents ont jusqu'à trois fois plus de risques de souffrir de tumeurs du cerveau.

L'étude menée par Elizabeth Claus, de l'université de Yale (Connecticut), se fonde sur des données recueillies auprès de 1 433 patients américains de 20 à 79 ans. Tous souffraient de tumeurs au cerveau de type méningiome. Une tumeur qui se forme dans la membrane qui enveloppe le cerveau et la moelle épinière. La plupart du temps, ces tumeurs sont bénignes et se développent peu rapidement, mais elles peuvent provoquer des incapacités et induire des risques mortels dans certaines conditions.

Réévaluer la nécessité des radios

Les patients ayant subi tous les ans un examen radiographique des dents et ayant été ainsi exposés à des rayons X étaient de 1,4 à 3 fois plus enclins à développer un méningiome qu'un groupe témoin constitué de patients en bonne santé. La prévalence dépend du type d'examen dentaire mené et de l'âge du patient, selon l'étude.

Aujourd'hui, les radiations utilisées chez les dentistes sont moins importantes qu'auparavant. Cette étude devrait néanmoins pousser praticiens et patients à réexaminer les raisons qui les amènent à pratiquer ce type de radiographies, fait valoir Elizabeth Claus. "L'étude nous offre l'opportunité parfaite pour accentuer la vigilance en matière d'utilisation des rayons X pour les dents qui, comme beaucoup d'autres facteurs de risques, peuvent être atténués", a-t-elle déclaré. Les auteurs de l'étude suggèrent d'éviter de pratiquer de tels examens tous les ans.

Les directives diffusées par l'association dentaire américaine recommandent qu'un examen dentaire soit pratiqué sur les enfants tous les ans ou une fois tous les deux ans, sur les adolescents tous les dix-huit mois ou trois ans et sur les adultes tous les deux ou trois ans.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Sciences

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.