Santé : les fréquences sonores, arnaque ou guérison miracle ?

Publié
Durée de la vidéo : 5 min
Santé : les fréquences sonores, arnaque ou guérison miracle ?
Santé : les fréquences sonores, arnaque ou guérison miracle ? Santé : les fréquences sonores, arnaque ou guérison miracle ? (France 2)
Article rédigé par France 2 - M.Bougault, A.Belderrain, C.Pary, J.Montupet
France Télévisions
France 2
Les contenus de fréquences sonores fleurissent sur les réseaux sociaux ou encore sur YouTube. Ils seraient des recettes miracles qui agiraient sur le bien-être et le corps des personnes. Cela masque avant tout des manipulations, vantant des guérisons miracles.

Des escrocs utilisent de plus en plus souvent la musique pour se faire de l’argent. Des centaines de vidéos sur YouTube relayent des fréquences sonores qui sont censées soigner le choléra, le diabète ou le sida. Ces vidéos cumulent des millions de vues, et font l’objet de commentaires élogieux.  

Une de ces pages vend un pack de six fréquences sonores pour 149 euros. Derrière ce site, un homme qui se présente comme un chercheur en médecine sonore. “Je n’ai pas fait d’études médicales, mais j’ai bossé pour les plus grands magazines de musique professionnels (…). Jsuis chercheur, dans le sens où j’ai des outils qui vont permettre de faire comprendre aux gens comment cela marche”, dit-il.  

La musicothérapie peut être utilisée dans les hôpitaux 

Les fréquences dites "miracles" sont aussi disponibles sur les plateformes musicales, avec toujours plus de promesses positives pour le corps. Écouter des fréquences pour guérir ne repose pourtant sur aucune base scientifique. La musicothérapie est certes utilisée par certains hôpitaux, mais seulement pour soulager un malade, et non pas le guérir. Selon le Pr Pascal Leprince, elle n’a pourtant rien à voir avec les fréquences dites miracles vendues sur Internet. “Je ne dis pas que ça fait du mal, mais cela ne doit pas détourner du vrai traitement (…) c’est du charlatanisme”, précise-t-il.  

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.