Covid-19 : deux essais de vaccins interrompus ont été autorisés à reprendre aux Etats-Unis

Les autorités américaines, pour AstraZeneca, et un comité indépendant, pour Johnson & Johnson, n'ont pas trouvé de lien entre les maladies de participants à l'essai et les vaccins testés.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des seringues devant le logo du groupe pharmaceutique AstraZeneca, qui teste un vaccin expérimental contre le Covid-19, ici le 12 octobre 2020 à Varsovie (Pologne). (JAKUB PORZYCKI / NURPHOTO / AFP)

La course au vaccin contre le Covid-19 continue. Aux Etats-Unis, deux essais, menés par les laboratoires AstraZeneca et Johnson & Johnson, ont repris, vendredi 23 octobre, ou vont pouvoir reprendre. Ces essais cliniques avaient été interrompus après les maladies inexpliquées de deux participants.

L'essai du vaccin expérimental développé par l'université britannique d'Oxford et le groupe AstraZeneca a déjà repris aux Etats-Unis. Il avait été suspendu dans le monde entier le 6 septembre. Si les autorités du Royaume-Uni, d'Afrique du Sud, du Brésil et du Japon avaient très vite autorisé sa poursuite, ce n'était pas le cas des autorités américaines. L'Agence du médicament américaine "a examiné l'ensemble des données de sécurité des essais mondiaux et conclu que les essais pouvaient reprendre en toute sécurité", a annoncé l'entreprise, vendredi.

Des centaines de millions de doses du vaccin expérimental d'AstraZeneca ont déjà été prévendues sur plusieurs continents. Les résultats de l'essai sont attendus d'ici la fin de l'année, selon le groupe.

Dix vaccins actuellement testés dans le monde

De son côté, l'entreprise américaine Johnson & Johnson a annoncé, vendredi, qu'un comité indépendant avait recommandé la reprise aux Etats-Unis de l'essai de phase 3 qu'elle avait lancé fin septembre, interrompu par la maladie d'un participant. Elle dit être en discussion avec les autorités de régulation pour le relancer dans d'autres pays du monde. "Après une évaluation approfondie d'un événement médical grave chez un participant, aucune cause certaine n'a été identifiée", a indiqué le groupe. "La société n'a trouvé aucune preuve que le candidat-vaccin ait causé l'événement".

Au total, dix vaccins européens, américains, chinois et russe au total sont testés dans le monde dans des essais à grande échelle, incluant des dizaines de milliers de participants à chaque fois, et destinés à vérifier l'efficacité et l'absence d'effets secondaires graves. Les deux vaccins candidats en tête de course sont ceux de Pfizer et de Moderna : les sociétés américaines prévoient de demander une autorisation dans la deuxième quinzaine de novembre.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.