AstraZeneca : l’Agence européenne du médicament reconnait un lien entre le vaccin et les cas de thromboses

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
AstraZeneca : l’Agence européenne du médicament reconnait un lien entre le vaccin et les cas de thromboses
France 3
Article rédigé par
S. Piard, F. Mathieux, S. Guillaumin, F. Blévis, P.-M. de la Foata - France 3
France Télévisions

Au cours d'une conférence de presse, mercredi 7 avril, l’Agence européenne du médicament a pour la première fois reconnu un lien possible entre des cas de thromboses et le vaccin AstraZeneca. Elle assure cependant que les bénéfices restent supérieurs aux risques.

Difficile de redorer le blason du vaccin AstraZeneca, déjà en mal de popularité, après l’annonce de l’Agence européenne de santé (EMA). Au cours d’une conférence de presse organisée mercredi 7 avril à Amsterdam, Emer Cooke, la directrice de l’EMA a en effet indiqué : "Une explication plausible de ces effets secondaires rares est une réponse immunitaire au vaccin". Mais l’Agence estime malgré que tout que la balance bénéfices-risques reste en faveur du sérum AstraZeneca.

De plus en plus de réticences selon les pharmaciens

Une recommandation partagée par le professeur Odile Launay, infectiologue à l’hôpital Cochin à Paris, notamment pour la vaccination chez les plus âgées. "Chez ces personnes-là, le risque de survenue de ce type d’accident est exceptionnel, et donc on doit absolument continuer à vacciner la population qui est aujourd’hui ciblée par les recommandations françaises", assure-t-elle. Les avis divergent auprès des passants rencontrés par les équipes de France Télévisions, alors que les pharmacies voient leur liste d’attente fondre à vue d’œil. "Il y a beaucoup de gens qui sont réticents, qui ne veulent plus se faire vacciner par AstraZeneca. Ils veulent attendre soit le Pfizer, soit le Moderna", reconnait Zakaria Boukhalfa, pharmacien à Paris.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.