Un mémorial pour le Covid-19 : à Londres, des bénévoles dessinent sur un mur un cœur pour chaque victime

Il y aura sur ce mémorial le long de la Tamise autant de cœurs qu’il y a eu de victimes du Covid-19 au Royaume-Uni : plus de 126 000.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Des cœurs sont dessinées par des bénévoles à Londres au bord de la Tamise en hommage aux victimes de l'épidémie de Covid-19. (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

Un hommage massif et impressionnant aux victimes de l'épidémie. Une association de familles de victimes du Covid-19 a décidé de créer un mémorial sur des dizaines de mètres de mur gris le long de la Tamise, en plein centre de Londres. Fran, main gauche appuyée sur ce mur, un feutre rouge à la main droite et un masque noir sur le visage, trace les contours d’un cœur. Un de plus. "Nous avons commencé à dessiner des cœurs, rouges pour la plupart, de tailles différentes et on a recouvert le mur", explique-t-elle.

Depuis lundi, Fran est venue tous les jours. Des heures de trajet, puisqu'elle n'habite pas à Londres. Peu importe, elle honore la mémoire de son mari, mort en octobre dernier, trois semaines après leur mariage : "C’est vraiment important que les gens qui sont morts ne soient pas oubliés. Placer ce mémorial dans le centre de Londres, ça le rend visible par tout le monde."

Fran vient tous les jours dessiner des cœurs à Londres, son mari est mort du Covid-19 en octobre dernier. (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

Rappeler leur responsabilité aux élus

Des cœurs visibles en particulier par les parlementaires. Ils sont de l’autre côté de la Tamise, juste en face. Impossible pour eux de rater cette fresque. Emily a pris connaissance de ce projet sur Facebook. La jeune femme est venue prendre sa part, dessiner pour commémorer et aussi pour rappeler leur responsabilité aux élus : "Ils ne peuvent pas l’ignorer. C’est un emplacement stratégique parce que tous les jours quand ils viennent travailler, ils regardent par la fenêtre et c’est là ! C’est poignant et important."

Rachel dessinent des coeurs pour rendre hommage aux victimes du Covid-19, dont fait partie sa mère décédée en janvier 2021. (RICHARD PLACE / RADIO FRANCE)

Rachel a son coin de mur. Elle est d’abord venue pour dessiner un cœur pour sa mère disparue en janvier, au plus fort de la pandémie. "Je n’étais pas avec elle quand ma mère est morte, raconte Rachel. J’ai dû lui dire au revoir par visio. C’était très traumatisant… Donc être ici et porter mon deuil sur ce mur et dessiner ces cœurs, vraiment ça m’aide à commencer mon processus de guérison." Depuis lundi, Rachel revient sans cesse. Des amis, des connaissances, lui ont demandé d’ajouter des cœurs pour leurs proches.

Un mémorial à Londres pour les victimes du Covid-19 : reportage de Richard Place
écouter

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.