Pertes liées au Covid-19 : l'assureur Axa France va verser 300 millions d'euros à 15 000 restaurateurs pour mettre fin aux litiges juridiques

Le groupe est visé par une longue liste de litiges devant les tribunaux qu'il a jusqu'à présent souvent perdus. 

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Un restaurant parisien fermé à cause des restrictions sanitaires, le 29 avril 2021. (RICCARDO MILANI / HANS LUCAS / AFP)

Une bonne nouvelle pour les restaurateurs. Le groupe d'assurance Axa a annoncé, jeudi 10 juin, qu'il allait débloquer une enveloppe de 300 millions d'euros à destination de 15 000 de ses clients restaurateurs, afin d'éponger une partie de leurs pertes dues au Covid-19.

"Ce n'est pas une indemnisation, c'est une transaction" afin de "mettre derrière nous cette difficulté, le flou judiciaire qu'on a vécu" dans le dossier des pertes d'exploitation des restaurateurs, a précisé sur Europe 1 Thomas Buberl, directeur général du groupe Axa. 

En moyenne 20 000 euros par restaurateur

Un bras de fer oppose depuis de nombreux mois l'assureur à des centaines de ses clients restaurateurs, contraints de fermer pendant des mois en raison de l'épidémie de Covid-19. Ils lui reprochent d'avoir refusé d'indemniser leurs pertes d'exploitation liées à la crise sanitaire et l'ont attaqué en justice. De son côté, Axa estimait que ses contrats ne couvraient pas les pertes liées à un épisode de pandémie.

Le groupe a recensé pas moins de 1 500 procédures judiciaires engagées en France. Les décisions se sont révélées hétérogènes, mais force est de constater que l'assureur a souvent perdu. "Je regrette tout ce qui s'est passé, car nous étions divisés avec les restaurateurs à cause d'un malentendu (...) Nous voulons mettre ça derrière nous", a assuré Thomas Buberl.

Le coût de ce règlement, qui équivaut en moyenne à 20 000 euros par restaurateur, devrait être compensé dans les comptes d'Axa par des développements favorables en 2021, liés à la crise du Covid-19, en France et en Europe, a précisé l'assureur dans un communiqué. "Nous attendons de connaître précisément le mode de répartition et le calendrier de versement de cette transaction. Il n'est pas certain que les restaurateurs concernés n'aient pas tout intérêt, au vu des dettes accumulées qui pour beaucoup dépassent les 20 000 euros, de porter leurs intérêts en justice", a réagi le Syndicat des Indépendants.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.