Cet article date de plus d'un an.

"Ils étaient heureux de voir qu'on avait appelé l'armée" : à Lyon, des militaires en renfort dans les hôpitaux contre le coronavirus

Un groupe de logisticiens du 7e RMAT est affecté à l'hôpital de la Croix-Rousse pour épauler leurs homologues civils dans la lutte contre le Covid-19, dans le cadre de l'opération Résilience. 

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Image postée sur le compte Twitter du 7e RCAT de Lyon : une unité d’appui sanitaire déployée aux Hospices civils de Lyon. (CAPTURE D'ÉCRAN)

Ils sont logisticiens au 7e régiment du matériel (RMAT) de Lyon et, en toute logique, ils ont rejoint leurs homologues civils. Pas en surface, mais dans les entrailles de l'hôpital de la Croix-Rousse, à Lyon. "Il y a un deuxième hôpital sous l'hôpital, écrit le maréchal des logis Rémi, chef de groupe de l'unité d'appui sanitaire. Il y a des centaines de mètres de galeries souterraines qui permettent d'acheminer du matériel dans les différents services. Nous, nous portons le treillis, eux, certains ont des blouses, d'autres ont des bleus de travail. C'est l'organisation de l'armée, sans organisation, on n'arriverait à rien."

En fin de compte, on fait tous le même travail. En hôpital, on fait les même missions que si on était en 'opex', en opération extérieure.

Maréchal des logis Rémi

à franceinfo

Le maréchal des logis Rémi fait partie des militaires engagés dans le cadre de l'opération baptisée Résilience, lancée le 25 mars dans la lutte contre le Covid-19. Ils interviennent auprès de la population ou des services publics. Dans les hôpitaux, l'armée prend en charge des missions de santé, de logistique et de protection de stocks. Dans le Rhône, une dizaine d'hommes et de femmes sont ainsi en soutien pour désengorger la logistique des Hospices civils de Lyon.

Apprendre un nouveau vocabulaire

Dès l'aube, ces militaires déchargent, trient et livrent des caisses de masques, gants, gel, linge, des plateaux repas... "La journée d'un logisticien, elle commence à 6h du matin par la réception des livraisons, explique Lila, brigadier. La principale difficulté pour nous, ça a été de nous adapter au vocabulaire : réanimation, pneumo, service addictologie..."

"Quand on est arrivés, on a été applaudi par les soignants à une fenêtre et nous-mêmes, nous les avons applaudis... C'était assez beau", confie Romain, 1re classe. Les logisticiens du 7e RCAT ignorent quand s'achèvera leur mission mais cette expérience, ils ne l'oublieront jamais.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Covid-19

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.