Covid-19 : une information judiciaire ouverte contre X après la mort d'une résidente d'un Ehpad des Hauts-de-Seine en avril

L'information judiciaire a été ouverte contre X pour "homicide involontaire par manquement délibéré d'une obligation particulière de prudence" et pour "non-assistance à personne en danger", après la mort d'une nonagénaire qui avait contracté le coronavirus.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
La maison de retraite Bel-Air, gérée par Korian. (ANISSA HAMMADI / MAXPPP)

Une information judiciaire a été ouverte contre X par le parquet de Nanterre en début de semaine après la mort en avril d'une résidente de 96 ans de la maison de retraite Bel-air de Clamart (Hauts-de-Seine), a appris France Bleu Paris auprès de l'avocat de la famille de la résidente, Me Fabien Arakélian. Une information confirmée à franceinfo vendredi 20 novembre matin par le parquet de Nanterre. Un juge d'instruction est désormais chargé du dossier. Victime du coronavirus, cette résidente était pensionnaire de cet Ehpad géré par le groupe Korian.

L'information judiciaire a été ouverte contre X pour "homicide involontaire par manquement délibéré d'une obligation particulière de prudence" et pour "non-assistance à personne en danger", a indiqué Me Fabien Arakélian.

Une plainte avait été déposée en mai

Cette nouvelle étape judiciaire fait suite à l'enquête préliminaire ouverte par le parquet de Nanterre, après la plainte déposée en mai par la petite-fille de la défunte. "Elle s'était émue de l'absence de gestes de protection entre les soignants et la grand-mère qu'elle voyait en visio-conférence très régulièrement", a expliqué l'avocat.

Quand l'état de santé de sa grand-mère s'est détérioré, elle avait réussi à l'exfiltrer pour l'emmener à l'hôpital mais il était déjà trop tard. Atteinte du coronavirus, la nonagénaire est décédée à l'hôpital quelques jours plus tard.

Au mois de mai, le parquet de Nanterre avait ouvert des enquêtes préliminaires après quatre plaintes déposées contre X, pour homicide involontaire, mise en danger de la vie d'autrui et non-assistance à personne en danger, à la suite de décès survenus dans des Ehpad des Hauts-de-Seine depuis le début de l'état d'urgence sanitaire. Ces plaintes avaient été déposées par des proches de résidents des établissements de Chaville, Clamart et Clichy pour des décès survenus entre le 25 mars et le 12 avril.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.