Cet article date de plus d'un an.

Covid-19 : le syndicat d'enseignants SNUipp-FSU salue le protocole sanitaire pour la rentrée scolaire qui "s'adapte à la situation"

Guislaine David, co-secrétaire générale et porte-parole du syndicat d'enseignants SNUipp-FSU, salue le protocole Covid-19 qui prévoit pour la rentrée 2022 trois niveaux de mesures activables en fonction du contexte sanitaire.

Article rédigé par franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Une classe de collège, le 10 février 2022. (KETTY BEYONDAS / MAXPPP)

"On a vraiment un protocole qui s'adapte à la situation deux ans après le début du Covid-19", salue mercredi sur franceinfo Guislaine David, co-secrétaire générale et porte-parole du syndicat d'enseignants SNUipp-FSU. Présenté la veille aux syndicats, le protocole prévoit pour la rentrée 2022 trois niveaux de mesures activables en fonction du contexte sanitaire.

"On une anticipation"

Ce protocole prévoit un délai pour la mise en œuvre du passage d’un niveau à l’autre : "On une anticipation", apprécie Guislaine David. "C'est-à-dire qu'on ne pourra pas décider d'un niveau du protocole et le mettre en place le lendemain dans les écoles, on aura dix jours d'adaptation, ce qu'on a toujours demandé". Au cours des mois précédents, les syndicats enseignants avaient déploré "des annonces dans la presse avec mise en place le lendemain", se souvient la porte-parole du SNUipp-FSU. "Et ça, ça a posé un certain nombre de problèmes, notamment en janvier dernier", se souvient-elle.

"On voit bien que là, on a un protocole qui ne nécessitera pas pour les équipes, les directeurs et directrices, une charge administrative hors normes, avec des annonces à faire aux enfants et aux parents, par rapport à ce qu'on a pu connaître auparavant", constate Guislaine David.

Une "instance partenariale" pour clarifier la stratégie

Les syndicats enseignants ont siégé mardi au sein de l'"instance partenariale", qui réunit ministères de la Santé et de l'Éducation nationale pour clarifier la stratégie sanitaire. "Cette instance se réunira à nouveau fin août pour décider, en fonction de la situation de l'épidémie, de ce qui sera mis en place à la rentrée", précise la co-secrétaire générale du SNUipp-FSU.

Guislaine David regrette, en revanche, que le problème de pénurie d'enseignants remplaçants ne soit pas réglé. "Il n'y a pas de recrutements supplémentaires, y compris pour les contractuels", indique la porte-parole du SNUipp-FSU. "On sait qu'on aura des classes sans enseignant à la rentrée", alerte-t-elle. "Et puis, on n'a toujours pas réglé la question des conséquences pédagogiques et psychologiques de la crise auprès des élèves, c'est-à-dire comment on va rattraper deux ans d'enseignement dégradé."

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.