Covid-19 : les professionnels de santé partagés entre un reconfinement et la préservation du moral des Français

Publié Mis à jour
Durée de la vidéo : 2 min.
Covid-19 : des médecins préconisent d'autres reconfinements locaux, d'autres alertent sur la santé mentale des Français
France 3
Article rédigé par
K. Adda-Rezig, S. Guibout, C. Gindre, Images Skydrone film - France 3
France Télévisions

Certains médecins pensent qu'il n'est pas raisonnable d'attendre avant de confiner les régions où la situation épidémique liée au Covid-19 est préoccupante. Mais d'autres estiment que de nouvelles restrictions auraient un impact sur notre moral. 

Le gouvernement a choisi d'attendre une semaine avant de décider de reconfiner, ou non, certaines régions où la situation épidémique liée au Covid-19 est préoccupante. Pourtant, la circulation des différents variants du virus inquiète car depuis une semaine, ils sont impliqués en moyenne dans 50 % des contaminations. Alors, certains spécialistes préconisent un confinement immédiat pour freiner la circulation du virus. 

Des signes d'anxiété élevée


"Si on en est réduit à confiner ou à prendre des mesures restrictives supplémentaires, c'est pour faire baisser la transmission du virus entre les gens. Pour avoir un effet sur la pression hospitalière, plus c'est pris tôt, mieux c'est", affirme le professeur Olivier Guérin, membre du conseil scientifique. Mais une telle mesure pourrait avoir un impact négatif sur la santé mentale des Français. Selon une étude, au mois de janvier, 19,5 % des personnes interrogées présentaient des signes d'anxiété élevée. Et cette tendance pourrait se poursuivre en cas de reconfinement. "Il y a eu l'accumulation des confinements antérieurs, et les dépressions peuvent être tellement graves qu'on peut avoir un risque de suicides beaucoup plus important", admet Roland Behar, psychiatre et professeur à l'université Paris 2.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.