Coronavirus : des marins prisonniers dans leur bateau

Ils ont pour certains passé 14 mois en mer sans pouvoir quitter leur navire, mais les marins concernés ont pu débarquer à la Réunion vendredi 31 juillet. C'est une des conséquences de la crise sanitaire. Ils seraient des milliers dans cette situation partout dans le monde.

Au large de la Georgie et sur toutes les mers du monde, les capitaines de navire se sont mis d’accord et enclenchent leurs sirènes de bateau en même temps, pour se faire entendre. C’est une sorte de SOS, car les marins sont les grands oubliés de cette pandémie. La majorité des pays leur interdisent de débarquer, ils sont donc bloqués en mer.

"A la fin, je n’en pouvais plus"

Un jeune marin français a pu être finalement évacué après six mois à bord, à travailler sept jours sur sept. Il raconte anonymement son calvaire à la rédaction du 20 Heures : "Vous prenez une personne, vous la mettez en prison et elle ne sait pas pourquoi elle est en prison et ça donnera le même résultat. À la fin je n’en pouvais plus, je ne voyais pas le bout du tunnel". Douze pays dont la France, viennent de signer un accord pour faciliter la relève des équipages, mais certains vont devoir encore patienter quelques semaines.

Le JT
Les autres sujets du JT
Le bateau de croisière Symphony of the Seas, de la compagnie Royal Caribbean, reprend le large, le 27 mai 2020, depuis Miami Beach (Floride, États-Unis).
Le bateau de croisière Symphony of the Seas, de la compagnie Royal Caribbean, reprend le large, le 27 mai 2020, depuis Miami Beach (Floride, États-Unis). (CLIFF HAWKINS / GETTY IMAGES NORTH AMERICA / AFP)