Coronavirus : le Syndicat de la librairie française lance un appel pour la création d'un fonds de soutien aux libraires

Ce fonds pourrait être financé conjointement par l'État, les régions et des partenaires privés.

La librairie Quai des brumes à Strasbourg.
La librairie Quai des brumes à Strasbourg. (RIEGER BERTRAND / HEMIS.FR / HEMIS.FR)

Les librairies indépendantes étant durement touchées depuis le début du confinement général le 16 mars, pour stopper l'expansion du coronavirus, le Syndicat de la librairie française (SLF) a lancé jeudi 2 avril un appel pour la création d'un fonds de soutien aux libraires, associant l'État, les régions et des partenaires privés.

>> Coronavirus : suivez en direct toutes les informations liées à la pandémie de Covid-19

"Mur d'endettement" 

Le ministère de la Culture a annoncé récemment le déblocage de 22 millions d'euros dont 5 millions d'euros pour la filière du livre.

Tout en saluant ces mesures, le SLF estime cependant dans un communiqué que "dans quelques semaines ou quelques mois, les libraires feront face à un mur d'endettement infranchissable". "Comment rembourser quand le chiffre d'affaires fait défaut, que les maigres réserves ont fondu et que les marges insignifiantes ne permettent pas de les reconstituer avant de longues années ?", s'interroge le syndicat des librairies indépendantes françaises. "Cette crise, d'une ampleur inédite, appelle une réponse à la hauteur", souligne le syndicat professionnel.

Question de vie ou de mort du secteur

Le SLF demande la création d'un fonds d'intervention consolidant les moyens d'intervention de l'État (via le Centre national du livre et le ministère de la Culture notamment), des régions et de partenaires privés. "Ce fonds serait destiné à couvrir la perte d'exploitation des librairies, c'est-à-dire des charges restant dues durant la période de fermeture. Il prendrait la forme de subventions car le surendettement n'est pas une réponse à la crise structurelle qui frappe les librairies", a expliqué le SLF.

"Il devrait s'accompagner d'une instruction coordonnée des dossiers par l'ensemble des partenaires impliqués afin de répartir et d'optimiser l'effort et de ne pas laisser de librairies au bord du chemin", a ajouté le syndicat.

"A la levée du confinement, l'activité ne redémarrera sans doute que très progressivement et l'année 2020, pourtant bien partie, s'annonce exécrable, au-delà même de la période de fermeture imposée", soutient le SLF.

"Pour une majorité de librairies, dont la faiblesse des trésoreries et des marges est bien connue, il va s'agir ni plus ni moins d'une question de vie ou de mort", a mis en avant le syndicat professionnel, qui craint "la fermeture de centaines de librairies" si aucune aide n'est apportée au secteur.