Cet article date de plus de six ans.

Levothyrox : le juge des référés rejette la requête d'une quarantaine de patients qui souhaitaient avoir l'ancienne formule

Le juge des référés de Saint-Gaudens a rejeté mardi une requête de patients souffrants des effets secondaires de la nouvelle formule du Levothyrox, a appris franceinfo auprès du laboratoire Merck.

Article rédigé par France Info
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min
Le Levothyrox est un médicament principalement utilisé comme traitement substitutif pour remplacer la thyroxine naturelle lorsque celle-ci n'est plus sécrétée en quantité suffisante par la thyroïde (Illustration). (MAXPPP)

La requête d'une quarantaine de patients souffrant d'effets secondaires de la nouvelle formule du Levothyrox a été rejetée mardi 26 décembre par le juge des référés du tribunal de grande instance de Saint-Gaudens (Haute-Garonne), a appris franceinfo auprès du laboratoire Merck.

Les patients avaient demandé à la justice d'ordonner au laboratoire Merck de leur fournir en urgence l'ancienne formule du médicament. "Le juge des référés du tribunal de grande instance de Saint-Gaudens a reconnu qu'il n'y avait dans ce dossier ni caractère d'urgence ni préjudice d'angoisse", a expliqué Thierry Hulot, le patron des activités biopharmaceutiques de Merck France, qualifiant cette décision de "logique et fondée". 

"Merck s'est toujours conformé aux demandes des autorités de santé"

"La juge a reconnu que Merck avait largement fait ce qu'il fallait pour accompagner les patients", a affirmé Thierry Hulot. "Merck s'est toujours conformé aux demandes des autorités de santé, qu'il s'agisse de l'injonction d'améliorer la formule de Levothyrox ou de réintroduire temporairement de l'ancienne formulation de manière à faciliter la transition pour les patients qui en avaient exprimé le besoin", a-t-il précisé.

Merck a annoncé jeudi dernier que 100 000 nouvelles boîtes de l'ancienne formule du Levothyrox étaient disponibles en France et que 100 000 autres étaient en cours d'acheminement pour "début 2018". Thierry Hulot a par ailleurs rappelé que "les patients souffrant de déséquilibre thyroïdien ont aujourd'hui accès à cinq traitements différents pour leur permettre de trouver la solution qui leur convient".

Contacté par franceinfo, l'avocat des plaignants affirme ne pas encore avoir eu connaissance de la décision du tribunal.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.