Il avait mal à la mâchoire… on lui retire un bout de verre de 3,5 cm !

Un adolescent espagnol s’est présenté aux urgences pour des douleurs à la bouche. Des scanners ont révélé qu’il avait un corps étranger dans la pommette.

Il avait mal à la mâchoire… on lui retire un bout de verre de 3,5 cm !
Il avait mal à la mâchoire… on lui retire un bout de verre de 3,5 cm ! (© The Journal of Emergency Medicine)

Un gros morceau que personne n’avait repéré… Un mois après être tombé à travers une vitre, un jeune Espagnol de 14 ans s’est rendu aux urgences pour des douleurs répétitives au niveau de la mâchoire. Après plusieurs examens, les médecins ont constaté qu’un morceau de verre de 3,5 cm était resté coincé derrière sa pommette gauche. Un incident improbable qui aurait pu avoir des conséquences dramatiques, rapporté dans le Journal of Emergency Medicine le 21 juin 2019.

Les chirurgiens retirent le corps étranger au forceps

Après son accident, l’adolescent se rend dans plusieurs établissements. On lui recoud une large plaie au niveau du visage, et on draine l’hématome. Mais aucun praticien ne réalise qu’un corps étranger est toujours présent sous sa peau. Des semaines plus tard, n’y tenant plus, le garçon se rend à l’hôpital de l’Université Virgen del Rocio, à Séville. Grâce à un scanner, les médecins repèrent le morceau de verre. Les chirurgiens retirent ensuite le corps étranger au forceps, en passant par la bouche.

Ce type d’événements est  "relativement rare", d’après les auteurs de l’article. En effet, cette zone du visage est normalement bien protégée par sa structure osseuse. Après l’opération, le garçon a aussitôt pu bouger sa mâchoire normalement. Les médecins n’ont par ailleurs constaté aucune complication à l’occasion d’un contrôle six mois plus tard.

Un risque d’abîmer les nerfs et les muscles faciaux

Détecter la présence d’un corps étranger comme celui du jeune garçon peut prendre du temps, surtout si les symptôme du patient sont vagues ou s’il n’y aucune suspicion clinique. En ce qui concerne l’adolescent de Séville, les médecins savaient qu’il avait eu un accident un mois plus tôt, ce qui a accéléré le diagnostic.

Toutefois, cette histoire n’aurait pas eu une fin aussi heureuse si le morceau de verre était entré dans la tempe, expliquent les auteurs. Cela aurait en effet pu abimer les nerfs et les muscles qui servent à ouvrir la mâchoire et donnent les expressions faciales.