VIDEO. "Mon hôpital est au bord de l'implosion" : À Lille, les infirmiers crient leur colère

L'anesthésiste Jean Létoquart est venu manifester à Lille pour dénoncer la dégradation du service public de santé. Il n'est pas le seul à s'indigner.

BRUT

Les couloirs des urgences sont engorgés. Les images prises par un membre du personnel de l'hôpital de Lens dévoilent la dure réalité du service public de santé. On y voit plusieurs malades entassés dans une pièce munie d'équipements minimes, des crochets bricolés au mur où sont pendues les perfusions. "Personne n'accepterait que notre propre enfant, que notre propre parent soit traité dans des conditions pareilles", reconnaît Jean Létoquart, infirmier anesthésiste. Pour dénoncer ce manque de moyens, il est venu manifester à Lille pour que ces patients puissent être soignés dignement. 

Des hôpitaux désertés 

Depuis le début de cette année, 7 des 18 médecins urgentistes de l'hôpital de Lens ont démissionné. Aucun d'entre eux n'a pour l'instant pu être remplacé. Parmi les démissionnaires, Élodie qui confesse ne pas avoir désiré être "complice d'un tel système". Un système qui se dégrade d'année en année, qui manque de personnel et qui ne procure pas les soins suffisants aux malades. "Ces personnes n'ont pas à manger, parfois elles n'ont pas à boire, (…) on appelle ça de la maltraitance", s'indigne l'urgentiste. 

Les images de l'enquête ont été diffusées par l'émission C Politique ce dimanche 12 mai. 

L\'anesthésiste Jean Létoquart est venu manifester à Lille pour dénoncer la dégradation du service public de santé. Il n\'est pas le seul à s\'indigner.
L'anesthésiste Jean Létoquart est venu manifester à Lille pour dénoncer la dégradation du service public de santé. Il n'est pas le seul à s'indigner. (BRUT)