Prix du paquet de cigarettes : les fabricants ne veulent pas "tuer la poule aux œufs d'or"

Le pneumologue Yves Martinet a accusé lundi sur franceinfo les fabricants de cigarettes "de faire en sorte que les fumeurs n'arrêtent pas".

Une femme fume une cigarette à Paris, le 6 septembre 2012.
Une femme fume une cigarette à Paris, le 6 septembre 2012. (ERIC FEFERBERG / AFP)

Le professeur Yves Martinet, président du comité national contre le tabagisme et chef du service de pneumologie du CHU de Nancy (Meurthe-et-Moselle) a rappelé lundi 30 avril sur franceinfo que l'objectif du gouvernement avec les hausses "est réellement d'amener les fumeurs à arrêter de fumer" car "le cancer devient trop cher". Depuis lundi, les taxes sur le tabac ont augmenté. Mais cette hausse décidée par le gouvernement ne se fera que peu ressentir sur le prix du paquet de cigarettes affichés par les buralistes. La plupart des fabricants ont choisi de rogner sur leurs marges pour absorber une partie de cette hausse, alors que le gouvernement a comme objectif d'ici 2020 un paquet de cigarettes à 10 euros, avec une augmentation qui doit se faire par paliers. Le pneumologue a estimé que les cigarettiers ne veulent pas "tuer la poule aux œufs d'or" et essaient "de faire en sorte que les fumeurs n'arrêtent pas".

franceinfo : Les grands fabricants préfèrent répercuter les augmentations sur leurs marges plutôt que sur le prix du paquet. Cela met-il à mal la politique du gouvernement ?

Yves Martinet : Pas de façon significative. L'industrie du tabac sait que les augmentations de prix sont efficaces. Elles amènent des fumeurs à arrêter de fumer. L'industrie le sait. Les buralistes le savent. Ce qu'ils veulent surtout c'est ne pas tuer la poule aux œufs d'or. Ils essaient par tous les moyens en grattant dix centimes par-ci, dix centimes par-là, de faire en sorte que les fumeurs n'arrêtent pas. Pour eux, c'est la poule aux œufs d'or, pour l'instant.

Rien n'interdit aux cigarettiers d'absorber l'augmentation du prix du tabac ?

Ils peuvent absorber l'augmentation des prix mais après c'est au gouvernement de faire en sorte que le plancher des prix monte progressivement. Il y aura d'autres augmentations. L'objectif est réellement d'amener les fumeurs à arrêter de fumer. On voit bien qu'ils [les cigarettiers] sont un peu terrorisés par le fait que la consommation va diminuer et que la poule ne va plus pondre si régulièrement des œufs d'or.

Cela peut influencer les autres fabricants ?

Si vous regardez bien, auparavant il y avait une différence de prix entre les produits d'entrée de gamme et les produits les plus chers, environ 50 centimes. Maintenant l'écart est de 30 centimes. Globalement, le message passe, et en plus le gouvernement insiste pour aider les fumeurs à arrêter de fumer. C'est vraiment un bon motif pour arrêter de fumer. Cela coûte trop cher. Le cancer devient trop cher. Il ne faut pas relâcher l'effort et il faut encore et encore aider les fumeurs à arrêter.