Cet article date de plus d'un an.

Pour lutter contre le trafic, les paquets de cigarettes seront bientôt traçables

Les paquets de cigarettes produits à partir de lundi doivent porter un identifiant unique et infalsifiable afin d'être vendus en Europe.

Article rédigé par
France Télévisions
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
Saisie de cigarettes de contrebande, à Marseille, le 20 juillet 2018. (THEO GIACOMETTI / HANS LUCAS / AFP)

Une étiquette unique, censée être infalsifiable. Les paquets de cigarettes portent désormais un identifiant destiné à assurer leur traçabilité et à mieux combattre le trafic. A partir du lundi 20 mai, chaque paquet de cigarettes produit à destination du marché français, comme dans le reste de l'Europe, doit porter cette marque, en application d'une directive européenne de 2014 qui vise à améliorer la lutte contre la contrebande. "Mais ces paquets n'arriveront sur le marché que dans environ deux mois", l'Etat ayant "pris beaucoup de retard", explique un cigarettier à l'AFP.

Ce marquage est constitué d'une série de codes, auxquels s'ajoutera une vignette, similaire à un timbre fiscal, comportant cinq signes d'identification - un visible, trois semi-visibles et un invisible, uniquement détectable en laboratoire -, comme en portent les billets de banque. L'identifiant unique doit permettre d'assurer une réelle traçabilité du paquet, depuis son lieu de production ou d'importation jusqu'à son point de vente au détail, tandis que la vignette sécurisée garantira l'authenticité du produit.

Le commerce illicite "menace la santé publique"

Ce nouvel étiquetage, à la charge financière des fabricants de tabac, doit permettre de mieux combattre le commerce parallèle. Ce trafic serait, selon des sources du secteur, composé à 98% ou 99% de cigarettes fabriquées dans les usines des cigarettiers. Ces derniers "revendent directement à la sortie des usines de grandes quantités de tabac à des intermédiaires, lesquels ramènent ensuite ce tabac par camions ou bateaux dans les pays où le tabac est cher, ou sur-approvisionnent des pays comme Andorre ou le Luxembourg, où la fiscalité est faible et les paquets peu chers", dénonçait Michèle Rivasi, eurodéputée sortante et n°2 sur la liste EELV pour les élections européennes.

Ce commerce illicite "constitue une grave menace pour la santé publique" en augmentant l'accès à des produits moins chers, "alimentant l'épidémie de tabagisme et sapant les politiques de lutte antitabac", estime l'OMS. Il entraîne en outre des "pertes de revenus conséquentes" pour les gouvernements – parfois estimées à 3 milliards d'euros pour la France – et contribuant à financer des "activités criminelles et le terrorisme".

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.