Le vapotage lié à des maladies cardiaques et à la dépression, selon une étude

L'étude des effets des cigarettes électroniques est relativement récente, car elles sont apparues dans la dernière décennie.

Une grande étude dévoilée aux Etats-Unis, le 7 mars 2019, montre que les vapoteurs souffrent plus souvent de maladies cardiaques que les non-vapoteurs. 
Une grande étude dévoilée aux Etats-Unis, le 7 mars 2019, montre que les vapoteurs souffrent plus souvent de maladies cardiaques que les non-vapoteurs.  (EVA HAMBACH / AFP)

Les vapoteurs souffrent plus souvent de maladies cardiaques et de dépression que les non-vapoteurs, selon une grande étude préliminaire dévoilée jeudi 7 mars aux Etats-Unis. Les chercheurs ont exploité les questionnaires de près de 100 000 personnes auprès des Centres pour le contrôle et la prévention des maladies (CDC) en 2014, 2016 et 2017. 

Le taux de crises cardiaques était supérieur de 34% chez les vapoteurs, comparé aux non-vapoteurs, en corrigeant par les facteurs de risque de l'âge, du sexe, de l'indice de masse corporelle, du cholestérol, de la tension artérielle et de l'historique de tabagisme. Pour les maladies artérielles, la hausse était de 25%, et pour la dépression et l'anxiété de 55%. Les données montrent aussi que le risque chez les fumeurs de tabac, comparé aux non-fumeurs, était encore plus élevé.

Cette étude, purement d'observation, n'établit pas de lien de cause à effet, c'est-à-dire qu'elle ne prouve pas que le vapotage déclenche les maladies cardiovasculaires. D'autres études, suivant des vapoteurs sur une longue durée, seront nécessaires pour y parvenir.

"Signal d'alarme" 

L'étude des effets des cigarettes électroniques est relativement récente, car elles sont apparues dans la dernière décennie. Aux Etats-Unis, leur essor rapide a déclenché la panique chez les autorités sanitaires. Dans les lycées, le nombre d'élèves vapotant a augmenté de 78% en 2018 par rapport à 2017.

Les e-cigarettes ne contiennent pas de nombreuses substances cancérigènes des cigarettes, mais des chercheurs et experts de santé publique s'interrogent sur les éventuelles conséquences du chauffage à haute température des produits contenus dans les cartouches liquides, au-delà des pouvoirs addictifs connus de la nicotine.

"Jusqu'à présent, nous savions peu de choses sur les événements cardiovasculaires liés à l'utilisation des cigarettes électroniques", a expliqué le médecin Mohinder Vindhyal, professeur à l'Université du Kansas (Etats-Unis) et auteur principal de l'étude. "Ces données doivent être un signal d'alarme et déclencher des actes et une prise de conscience sur le danger des cigarettes électroniques".