Cocaïne : "Nous avons tous les jours des demandes de prise en charge, les consommateurs sont de plus en plus jeunes", alerte un addictologue

La cocaïne touche les plus jeunes "parce que la drogue est moins chère et qu'elle se diffuse plus", a expliqué vendredi sur franceinfo Amine Benyamina, président de la Fédération française d'addictologie.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
Plus de 2,6 tonnes de cocaïne saisies à Hambourg en Allemagne (photo d'illustration), le 24 février 2022.  (MARCUS BRANDT / DPA)

Il n'y a jamais eu autant de cocaïne en circulation, alertent Europol et l'Observatoire européen des drogues et des toxicomanies dans un rapport, vendredi 6 mai. Un phénomène que constate également le professeur Amine Benyamina, chef du service psychiatrie et addictologie de l'hôpital Paul-Brousse à Villejuif et président de la Fédération française d'addictologie. "Nous voyons que ce phénomène s'est installé de manière durable, s'inquiète-t-il sur franceinfo, Maintenant nous avons pratiquement tous les jours des demandes de prises en charge concernant ce produit."

La cocaïne est deuxième drogue la plus consommée dans l'Union européenne après le cannabis. Le marché est en pleine expansion et représentait 10,5 milliards d'euros en 2020. Pour la quatrième année consécutive, des quantités record de cocaïne (214,6 tonnes) ont été saisies en Europe en 2020, en hausse de 6% par rapport à 2019.

L'âge des consommateurs de cocaïne a également diminué. Les clients sont aujourd'hui attirés par le prix qui a baissé, étant passé de 80 à 60 euros en moyenne le gramme. "Dans les années 80-90, la cocaïne était un produit qui était plutôt marqué socialement et coûtait cher. Il intéressait une certaine classe sociale", détaille-t-il. "Maintenant, c'est un produit qui concerne tout le monde, explique le professeur Benyamina, et qui touche hélas aussi les plus jeunes : parce qu'il est moins cher et parce qu'il se diffuse plus." "On a aujourd'hui le support du numérique et les trafiquants se sont adaptés".

Problème de santé publique "planétaire"

"La cocaïne entraîne une addiction extrêmement puissante sur le plan psychologique, rappelle le spécialiste des addictologies, mais aussi des dommages importants." "On a des atteintes au niveau des cloisons nasales et des problèmes cardiaques, martèle-t-il, On a des problèmes neurologiques avec des infarctus du myocarde suspects chez des jeunes de 30-35 ans". Le professeur Benyamina dénonce un problème de santé publique "mais aussi planétaire".

D'après le président de la Fédération française des addictologies, la France est à la traîne concernant la prévention, "surtout des plus jeunes, il n'y a aucune campagne dans les médias". Mais aussi concernant la recherche, "il n'y a pour le moment aucun traitement de substitution", regrette-t-il, ce qui rend le sevrage plus compliqué que pour l'héroïne par exemple.

Prolongez votre lecture autour de ce sujet

tout l'univers Cocaïne

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.