REPLAY - Faut-il obliger les médecins à s’installer dans les déserts médicaux ? Le débat du Talk franceinfo

Publié Mis à jour
Article rédigé par franceinfo
Radio France
Si l’idée d’une régulation de la profession a réussi à se frayer un chemin dans le débat public, l’Assemblée nationale vient néanmoins de rejeter l’amendement en ce sens de la dernière loi sur le système de santé. Faut-il obliger les médecins à s’installer dans les déserts médicaux ? C'est le sujet du Talk franceinfo. Tous les soirs à partir de 18 heures, Manon Mella et ses invités débattent avec les internautes de la chaîne Twitch de franceinfo.

30,2% de la population française vit dans un désert médical. Cela fait 22 millions de personnes à peu près. Que faire, tandis que la population vieillit de plus en plus et que les besoins en santé augmentent ? Comment inciter les praticiens à exercer dans les déserts médicaux ? 

Manon Mella reçoit Sébastien Grob et Magrot Brunet, tous deux journalistes pour Marianne, dans le Talk pour en discuter. 

Quelle politique publique pour l'accès aux soins ?

La semaine dernière, l’Assemblée nationale a adopté en première lecture une proposition de loi, la loi Valletoux, pour lutter contre les déserts médicaux. Plusieurs solutions sont envisagées pour améliorer l’accès aux soins mais la loi ne prévoit pas de régulation des installations de médecins : l’amendement transpartisan qui allait dans ce sens a été rejeté. La majorité estime que contraindre les médecins à s’installer dans les “déserts” est une “fausse solution”.

Comment expliquer que certains territoires soient totalement dépourvus de médecins, y compris certaines villes ? Quelles sont les pistes envisagées ? Quelles solutions émergent déjà depuis le terrain ? Faut-il réguler l’installation des médecins et si oui, comment ? 

Rejoignez-nous dès 18 heures du lundi au vendredi sur la chaîne Twitch de franceinfo pour participer au Talk de Manon Mella. Une heure d'échange, d'éclairage, de débat autour de sujets d'actualité et de société.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.