Biodiversité : une nouvelle famille de virus découverte dans les océans

Grâce aux données récoltées par la Fondation Tara Océan entre 2009 et 2013 lors de ses expéditions, cette trouvaille pourrait permettre de comprendre un peu mieux l'origine de l'herpès, notamment grâce au plancton.
Article rédigé par France Info - Anthony Jilli
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min
Fonds océaniques au large du Costa Rica, avril 2023. Photo d'illustration (FLORIAN LAUNETTE & MEGANE CHENE / MAXPPP)

Ils sont à mi-chemin entre les les virus géants, très présents dans les océans, et ceux de l’herpès humain. Une nouvelle famille de virus baptisée "Mirusvirus" ("étonnant" en latin), a été découverte par la Fondation Tara Océan, révèle une étude publiée le 19 avril. Cette composition est jugée très intéressante par Tom Delmont, chercheur au CNRS et spécialiste de l’écologie microbienne : "Le mirusvirus c'est le complément océanique qui infecte le plancton de l'herpès, qui lui infecte les humains. Donc, même si vous buvez la tasse, vous pouvez en boire quelques-uns, mais il n'y a aucun risque".

Ces virus sont bénéfiques et régulent la communauté des planctons dans les océans, organismes essentiels à la survie de nos écosystèmes, explique Tom Delmont : "Ils vont infecter des cellules. La cellule va mourir, elle va libérer plein de nutriments qui seront réutilisés par le reste de la communauté et permettent à la communauté de se régénérer et d'être active."

En savoir plus sur ces virus, et sur la biodiversité océanique

L’évolution de ces virus est aussi étudiée. C’est le domaine de recherche de Morgan Gaïa, microbiologiste au Centre national de séquençage. "Les océans, ça reste quand même un écosystème qu'on connaît assez mal globalement, estime le chercheur. Et ça l'est d'autant plus pour les virus pour lesquels, pendant des décennies, l'accent a été mis plutôt sur les moyens de lutter contre ces virus. Et finalement, depuis 20,30 ans on réalise qu'ils sont particulièrement importants de ce point de vue." 

La prochaine étape de cette nouvelle aventure scientifique passe par la culture de ces virus. Objectif : en savoir plus sur la biodiversité océanique.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.