Cet article date de plus d'un an.

Pêche : dans le Finistère, auprès des mordus du bar de ligne

Publié
Pêche : dans le Finistère, auprès des mordus du bar de ligne
Pêche : dans le Finistère, auprès des mordus du bar de ligne Pêche : dans le Finistère, auprès des mordus du bar de ligne (FRANCE 3)
Article rédigé par France 3 - N. Bidard, E. Martin, S. Ripaud
France Télévisions
France 3

Le 19/20 met à l'honneur les pêches traditionnelles, qui se pratiquent toujours aujourd'hui. Samedi 16 juillet, gros plan sur la pêche du bar de ligne, un poisson réputé. Reportage dans le Finistère. 

La quête du bar commence à Saint-Guénolé, dans le Finistère. Adrien Nedelec, pêcheur du bateau Gwenn Ha Du, et son matelot Jordan, n'utilisent pas de filet. Ils sont ligneurs, une pêche emblématique de la région. La palangre est une ligne équipée de plusieurs centaines d'hameçons. Pour appâter le bar, ils utilisent des petits poissons vivants, et jettent la ligne à la mer d'un geste précis. Il ne reste plus qu'à patienter. "On laisse le matériel reposer au fond de l'eau, et c'est le poisson, s'il est présent sur la zone, qui ira mordre ou pas", raconte Adrien Nedelec. 

Un produit haut-de-gamme, prisé des restaurateurs 

Toute la journée, Adrien et Jordan vont lancer près de 1 600 hameçons, dans des eaux plus ou moins profondes, afin de multiplier leurs chances. Tout est une question de précision. "On essaye d'anticiper l'arrivée du poisson, pour pouvoir le saisir à la main", explique Adrien Nedelec. Cette pêche artisanale permet de garder le poisson presque intact. La méthode préserve également les ressources. La prise d'Adrien est maigre, mais rentable, car le bar de ligne est un produit haut-de-gamme. À la criée du Guilvinec (Finistère), les mareyeurs sont à l'affut des plus belles pièces. Antoine Le Corre fournit des restaurateurs exigeants, et est donc prêt à mettre la main à la poche. Mickaël Rigousse, chef cuisinier du restaurant Le Chantier à Concarneau (Finistère), ne travaillerait pour rien au monde un autre bar. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.