Besançon : nouveaux soupçons sur l'anesthésiste

La garde à vue de l'anesthésiste de Besançon (Doubs) a été prolongée mercredi 15 mai. La police judiciaire l'interroge sur une cinquantaine d'accidents suspects.

FRANCE 3

Selon l'avocat du docteur Frédéric Péchier, qui est entendu par la justice depuis mardi 14 mai, il ne flanche pas. Interrogé sur près de 50 cas suspects, il nie tout en bloc. "Il n'a jamais été impliqué dans un acte criminel", a déclaré Me Randall Schwerdorffer, qui rejette également le nombre de 50 cas avancé par la police. Pourtant, depuis 2008, parmi les cas relevés par la police, 15 morts pourraient être imputées au docteur Péchier.

Déjà mis en examen en 2017

L'anesthésiste a déjà été mis en examen en 2017 pour sept empoisonnements au chlorure de potassium, sur des patients âgés de 37 à 53 ans. Aucun ne présentait de difficultés particulières, pourtant deux d'entre eux sont décédés et les autres gardent de graves séquelles. Au moment de sa mise en examen, le médecin criait son innocence. En 2017, les victimes étaient venues à l'audience raconter leurs souffrances, comme une femme qui a perdu la mémoire. La garde à vue du docteur Péchier est prolongée jusqu'à jeudi 16 mai, 9 heures.

Le JT
Les autres sujets du JT
L\'entrée de la polyclinique de Franche-Comté à Besançon. Un anesthésiste est soupçonné d\'y avoir empoisonné trois personnes au début de l\'année 2009.
L'entrée de la polyclinique de Franche-Comté à Besançon. Un anesthésiste est soupçonné d'y avoir empoisonné trois personnes au début de l'année 2009. (SEBASTIEN BOZON / AFP)