Donald Trump, les archives de la Maison Blanche et les lettres de Kim

écouter (3min)

Une nouvelle affaire agite Washington qui concerne l'ère Trump... plus précisément ses archives. "Le Washington Post" révèle que l'ancien président est parti de la Maison Blanche en emportant des documents officiels qui n'auraient jamais dû quitter les lieux.

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min.
L'ancien président des Etats-Unis Donald Trump lors de son meeting en Arizona, le 15 janvier 2022. (ROBYN BECK / AFP)

Normalement, à la fin de son mandat tout président américain doit transmettre ses mails, courriers, lettres et documents aux archives nationales. Tous, mais pas Donald Trump semble-t-il. Il a emporté au moins quinze cartons remplis d'archives, mais aussi de présents de dirigeants étrangers, de lettres officielles, bref toute une part de l'histoire politique du pays. Des documents qui rendent compte du quotidien de l'exercice du pouvoir, qui plus est sous l'ère Trump, une époque que les historiens seront sans doute friands de décrypter.

On ne sait pas tout ce que contenaient ces cartons que les Archives nationales ont fini par aller récupérer le mois dernier dans la résidence de l'ancien président, à Mar-a-Lago en Floride. Mais le Washington Post, qui cite des sources internes, évoque notamment la lettre que lui avait laissé son prédécesseur à la Maison Blanche, Barack Obama à l'heure de la passation de pouvoir, ou plus intéressant encore, les lettres de Kim Jong-un, le dirigeant nord coréen. Nul n'a oublié ces échanges surréalistes entre les deux leaders, se vantant l'un, le Nord Coréen Kim, d'avoir un bouton nucléaire en permanence sur son bureau, l'autre, l'Américain Donald Trump rétorquant qu'il en avait un encore plus gros.

"Tombés amoureux"

Les deux dirigeants ont aussi échangé des lettres, et c'était une première dans l'histoire américaine que ces missives entre un président en exercice et un représentant de la dynastie des Kim, d'où leur intérêt. "De belles lettres, de magnifiques lettres", s'était épanché Donald Trump lors d'un meeting en 2018. Ajoutant : "Nous sommes tombés amoureux". Peut-être un attachement sentimental l'a-t-il empêché de verser ces documents aux archives nationales.

Mais ce n'est pas tout. On a également appris avec quelle désinvolture le 45e président des États-Unis traitait les documents officiels. Il avait l'habitude de les déchirer, froisser, jeter en boule... Et certains responsables tentaient de les récupérer, parfois de les rafistoler à grand coups de ruban adhésif pour la postérité, car ils avaient conscience de l'importance de ces notes qui aident à la décision, rendent compte d'un moment, d'une opinion, d'un état du monde, voire peuvent porter un éclairage sur la responsabilité du chef de l'État ou de ses conseillers quant au choix de certaines politiques ou au refus d'autres.

Documents disparus

Mais on apprend aussi que des proches de Trump eux rassemblaient ces feuillets jetés à terre dans de grands sacs pour les brûler. Combien ont ainsi été soustraits qui auraient dû être conservés ? Impossible à dire. Les Archives nationales cherchent toujours à récupérer des documents. Quant aux intentions réelles de Donald Trump, elles sont difficiles à cerner. Ses assistants assurent en tout cas qu'il n'y a pas malice, qu'il n'a pas cherché à soustraire des pièces compromettantes à l'histoire ou à son successeur, qu'il n'a pas voulu dissimuler des manoeuvres ou cacher des erreurs mais que c'était ainsi son habitude de déchirer et froisser les documents de travail, habitude du temps de son activité de magnat de l'immobilier. Finalement un signe de plus peut-être que Trump traitait des affaires du monde comme du monde des affaires.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.