Cet article date de plus de neuf ans.

Gilles Perrault : "Ils ont tout fait pour me faire taire"

Gilles Perrault est célèbre pour deux livres : Le Pull-over rouge en 1978 sur l'affaire Ranucci et Notre ami le roi en 1990 qui dénonce les tortures du roi du Maroc Hassan II.
Article rédigé par Philippe Vandel
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (©)

L'écrivain et journaliste Gilles Perrault a écrit Le Pull-over rouge  en 1978 sur l'affaire Ranucci, un condamné à mort exécuté et dont il a démontré l'innocence. Il a également publié en1990, Notre ami le roi  qui dénonce les tortures pratiquées par le régime de Hassan II, le roi du Maroc.

Dans les années 90, Gilles Perrault est attaqué en diffamation par quatre policiers. Il est condamné à leur payer 10.000 euros de dommages et intérêts. "J'ai écrit ce qu'il ne fallait pas écrire, que l'enquête judiciaire avait été expéditive et que l'instruction avait été bâclée. "

Interdit de séjour au Maroc

Gilles Perrault a connu plusieurs procès. "Ils ont tout fait pour me faire taire, j'ai été condamné lourdement mais nous n'avons pas cédé, car nous sommes tout un groupe à nous battre dans l'affaire Ranucci. "

Après la sortie de son livre sur le roi du Maroc, il a subi de nombreuses pressions. "Je ne suis pas chargé des bonnes relations avec le Maroc. J'ai une arme qui est ma plume et qui peut contribuer à faire bouger les choses, à dénoncer des choses qui ne sont pas admissibles. " Gilles Perrault est toujours interdit de séjour au Maroc.

Sa mère, résistante, sermonne la Gestapo 

Gilles Perrault est né en 1931. Il a connu l'Occupation à Paris. Ses parents étaient membres d'un réseau de résistance et un jour, la Gestapo est venue chez eux pour arrêter sa mère. Elle n'était pas là alors ils ont embarqué son père.

Quand sa mère est rentrée à la maison, le petit Gilles lui a dit ce qui s'était passé, et là mi-courageuse, mi-inconsciente, sa mère s'est rendue au siège de la Gestapo pour protester. Un officier la reçoit, médusé. Il se dit qu'il est impossible qu'un membre de la Résistance vienne se jeter dans la gueule du loup.

"Mes parents étaient du petit gibier et ont été libérés tous les deux. Il faut dire que le type, pendant que ma mère était en face de lui à un coup de téléphone, et ma mère comprend qu'une dame qui lui disait non depuis longtemps, lui disait oui. Il était sur un petit nuage et il est redescendu sur terre, a vu ma mère et lui a dit, ' rentrez chez vous mais ne quittez pas Paris' . "

De la Résistance aux Paras

Gilles Perrault a coutume de dire qu'il est né trop tard. Qu'il aurait aimé se battre contre les Nazis. Il est désormais un ardent défenseur de la paix, mais peu de gens savent que quand il était jeune, il était chez les Paras, en Algérie. "C'est l'erreur de ma vie, moi qui ait été élevé dans le culte de la Résistance, comme un jeune crétin j'ai demandé à servir dans les parachutistes. "

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.