Cet article date de plus de sept ans.

Fraudeurs, menteurs, tricheurs : la faute à notre cerveau

écouter (5min)
Cécilia Gabizon aimerait nous offrir en ce premier janvier, un mot d’excuse pour divers petits travers que nous avons pu manifester par le passé comme le fait de ne pas payer totalement ses impôts…
Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 1 min.
  (Cécilia Gabizon © CG - Radio France)

Ce ne serait pas entièrement votre faute, mais plutôt celle de votre cerveau si l'on en croit une étude publiée par la très sérieuse revue américaine Nature et Neurosciences qui explique pourquoi certains d'entre nous, sont plus enclins à frauder.

Le cortex préfrontal ventromédia

Ce serait génétique. L'honnêteté ou la capacité à respecter des règles relève d’une zone cérébrale située à l’avant de la tempe et nommée cortex préfrontal ventromedia.

Si par hasard, elle est atteinte, ou atrophiée, alors des comportements de triche et de mensonge se développent, expliquent les chercheurs !

Des tests le prouvent

L’équipe de l’Université de Virginie a examiné une trentaine de personnes qui avaient subi des chocs aux tempes en leur demandant de vendre des produits défectueux à des clients. Dans la scène de confrontation avec l’acheteur, les lésés du cerveaux n’ont pas hésité à refourguer le matériel défectueux tandis que les autres, finissaient toujours par confesser qu’il y avait un problème, si l’on en croit le magazine cerveau et psycho qui détaille l’expérience.

Cette anomalie génétique plutôt répandue

Vous vous en doutiez. Hormis les grands blessés. Tout n’est pas complètement génétique. Nous disposons dans le cerveau d’une structure de contrôle des désirs qui nous permet de ne pas céder à la moindre de nos pulsions et donc de respecter des interdits, des règles. L’honnêteté serait en quelque sorte une forme d’inhibition.

Cette capacité d’auto-censure se travaille tout au long de la vie par l’éducation.

Les fraudeurs, n’ont pas ce dispositif de contrôle. Ou il est affaibli. Soit à cause d’un choc au cerveau, soit parce qu’ils ont des personnalités hautement narcissiques. Cette haute idée d’eux même leur fait penser que les règles sont faites pour les autres ! Un autre facteur s’avère aussi décisif et explique l’ampleur de la fraude dans certains pays : le cerveau relâche son contrôle lorsqu’il ne craint pas de sanction !

Enfin, une dernière barrière nous empêche de tricher : la solidarité avec les autres. Le sentiment de partager un destin commun. Alors avis aux tricheurs. C’est peut être la faute à votre cerveau mais cela se soigne et l’empathie pourrait faire partie de vos résolutions 2015

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.