Question de société, France info

Question de société. Euphorie et débordements : "La joie revient, mais la situation va être tendue pendant au moins un mois", selon Jean Viard

Trois rassemblements comptabilisés par la Préfecture de police après l’évacuation des Invalides ce weekend à Paris. Euphorie et peu de masques dans les tribunes des supporters à Bayonne, samedi 12 juin, pour le match de derby du rugby face à Biarritz. Des manifestations "logiques" après de longs mois de confinement, selon le sociologue Jean Viard. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Samedi 12 juin 2021, Paris. Nouvelle soirée Projet X aux Invalides ce samedi. Le rassemblement interdit a rapidement été interrompu et les fêtards dispersés par la police à l\'aide de gaz lacrymogènes.
Samedi 12 juin 2021, Paris. Nouvelle soirée Projet X aux Invalides ce samedi. Le rassemblement interdit a rapidement été interrompu et les fêtards dispersés par la police à l'aide de gaz lacrymogènes. (FIORA GARENZI / HANS LUCAS / AFP)

Le sociologue Jean Viard nous aide aujourd'hui à décrypter l'actualité du weekend marquée par plusieurs manifestations. Des centaines de jeunes réunis aux Invalides à Paris, deux fêtes consécutives vendredi 11 juin, samedi 12, des Fêtes dites Projet X, en référence à ce film américain où une énorme fête dans une maison dégénère ; une soirée organisée grâce aux réseaux sociaux, sans masques, sans gestes barrières. Et beaucoup d'euphorie à Bayonne, samedi soir, pour le match de derby du rugby face à Biarritz. Il y avait trop de supporters surexcités dans le stade, sans masque non plus. 

franceinfo : Ça vous étonne Jean Viard ces scènes de débordements voire de déchaînements ? 

Jean Viard : Non, je ne veux pas en faire l'éloge, mais si vous voulez, c'est logique. D'un coup là, il n'y a plus de couvre-feu avant 23h. En plus, c'est le printemps. Il fait beau. On a été confinés pendant très longtemps. Pour le moment, ça me semble d'un ordre de grandeur tel qu'on peut l'accepter. Parce que c'est vrai, il y a des tas de petites transgressions. En plus, les réseaux sociaux jouent derrière. Le sport, évidemment, ce match de rugby, on pourrait dire la même chose pour la demi-finale à Roland-Garros, qui a effectivement dépassé les horaires, je pense qu'il y aura d'autres événements comme ça.

Parce qu'au fond, la joie revient. On a une volonté de vivre qui va être utilisée par certains, les réseaux sociaux ou des forces politiques qui vont appuyer sur le champignon. Mais la question, c'est que le virus est toujours là, et qu'on vaccine à tour de bras. On n'est pas encore en situation sanitaire de protection totale. Il y a le virus indien donc, la situation va être tendue pendant au moins un mois. Je crois qu'il faut s'y préparer.

C'est une période, une zone à traverser. Ça peut se calmer dans l'été...

C'est-à-dire, après le 14 juillet, on part massivement en vacances. Là, il peut y avoir par contre des mouvements qui vont renaître dans certains quartiers. Parce que les quartiers où on ne part pas en vacances, certains quartiers urbains, les quartiers aussi des gens par exemple qui auraient bien aimé aller en Algérie, qui auront du mal parce que les règles sont terribles, parfois ça fait trois ans qu'ils n'ont pas vu leurs familles, donc il peut y avoir des endroits où il y aura des violences urbaines. Ça me semble logique.

Mais après la question, ça va être comment ça redémarre fin août, début septembre. Est-ce que la croissance économique qu'on attend qui est forte, la France, pour le moment, est en tête. Si la croissance est assez forte pour donner du grain à moudre et de l'espérance aux gens, si on n'a pas peur à ce moment là, ça devrait aller.

Sinon, effectivement, ça peut être difficile parce qu'on a tellement dit qu'on aurait une crise économique terrible. Il y a toujours les risques d'attentats qui maintiennent une certaine angoisse. Là, on a un mois à gérer. Vous savez 23% des Français ont été déclarés déprimés. Les hôpitaux psychiatriques sont pleins. Il y a plein de gens qui ne sont pas bien, tout le monde est pas très bien, mais il y en a qui ne sont pas bien du tout, comme celui qui a donné une gifle au président de la République.

Ça peut être lié cette hystérie générale a ce qu'on a vu cette semaine ? Cette gifle donnée au président de la République, des élus, d'anciens élus, enfarinés, des échanges tendus entre les candidats pour les régionales aussi ?

Si vous voulez, il faut écouter chaque événement lui-même. Ils disent aussi quelque chose de politique ou de la dérive de certains individus. Mais sur le fond, la société est un peu hystérique avec à la fois l'envie de rattraper le temps perdu, mais qui ne se rattrape évidemment pas. Mais bon, c'est une façon de dire, mais on va sans doute chacun avoir des actes un peu transgressifs.

On a vécu un traumatisme absolument gigantesque. Il faut s'attendre à un certain nombre de choses comme ça. Il vaut mieux le dire, préparer les gens, que faire chaque fois, comme s'il y avait le feu au château. Parce que sinon, on ne va pas s'en sortir.

Samedi 12 juin 2021, Paris. Nouvelle soirée Projet X aux Invalides ce samedi. Le rassemblement interdit a rapidement été interrompu et les fêtards dispersés par la police à l\'aide de gaz lacrymogènes.
Samedi 12 juin 2021, Paris. Nouvelle soirée Projet X aux Invalides ce samedi. Le rassemblement interdit a rapidement été interrompu et les fêtards dispersés par la police à l'aide de gaz lacrymogènes. (FIORA GARENZI / HANS LUCAS / AFP)