Cet article date de plus de cinq ans.

Question de choix. Semaine de la finance solidaire du 3 au 10 novembre

écouter (3min)

L’épargne solidaire existe depuis 30 ans. Elle est  longtemps restée discrète. Ce n’est plus le cas. 8 milliards et demi d’euros en 2015 ont servi à financer des projets d’économie sociale et solidaire.

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La semaine de la finance solidaire du 3 au 10 novembre 2016 (PHILIPPE TURPIN / PHOTONONSTOP / AFP)

Un épargnant qui choisit la finance solidaire choisit les projets qu’il va soutenir, et sait donc à quoi va servir son argent. Livrets, assurance vie, fonds collectifs, l’épargne solidaire peut répondre aux besoins de placement. Et il est très facile de devenir épargnant solidaire

Plus d’un million d'investisseurs seraient concernés en France

Cette épargne solidaire sert à financer des activités privilégiant un gain social ou environnemental. Elle peut se révéler presque aussi rentable qu’un placement classique, mais elle donne du sens.

Pour être sûr d’épargner solidaire, la grande référence française est le label Finansol, qui a été créé en 1997. Finansol est une association qui fédère en France la plupart des acteurs du secteur.
Vous allez beaucoup en entendre parler dans les jours qui viennent.

La semaine de la finance solidaire, 7e édition, c'est du 3 au 10 novembre.

"Pour moi, la finance solidaire est un système économique basé sur des réalités et des projets concrets. Ces projets nous concernent tous : qu’il s’agisse de l’avenir de la planète, de l’emploi, ou encore d’accompagner les personnes en situation de handicap. Ils sont portés par des acteurs impliqués, qui souhaitent apporter des solutions. À une époque où règne le virtuel, m’engager dans ce type d'épargne m’a semblé naturel et au fond, un retour aux bases de l’économie." Florence, épargnante solidaire.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.