Cet article date de plus de quatre ans.

Planète Géo La Nouvelle-Calédonie, beauté lointaine

écouter (3min)

Dans deux mois, aura lieu le référendum d'autodétermination dans ce territoire français du bout du monde si particulier, par son histoire et la diversité de sa culture, mélanésienne et européenne.

Article rédigé par
Radio France
Publié
Temps de lecture : 1 min.
"Planète Géo" : une photo, un reportage, une carte ou un portrait issus du magazine "Géo". (ARTHUR DEBAT / GETTY IMAGES)

Située à 1 900 kilomètres et 22 heures d’avion de la métropole, la Nouvelle-Calédonie est le territoire le plus autonome de la République. Les 278 000 habitants dont les 2/3 vivent à Nouméa, se prononceront le 4 novembre prochain, par référendum, sur l'autonomie de leur archipel.

Un caillou de toute beauté

C’est un bout de France situé de l’autre côté du globe, un caillou rayonnant sous les tropiques, avec ses plages de sable blanc, son lagon d’Ouvéa exceptionnel, des montagnes, une végétation luxuriante, la Nouvelle-Calédonie, est l’un des plus beaux atols du Pacifique.

Le lac de Yaté. (ANDREAS HUB / GEO)

Aline Maume du magazine Géo est allée à la rencontre d’hommes et de femmes…Caldoches, Kanaks, la diversité de la population plonge ses racines dans l’histoire tumultueuse de l’archipel.

Une Histoire particulière

La Nouvelle-Calédonie, une possession française depuis 1853.

De 1864 à 1924, La France déporte de nombreux prisonniers français de métropole (environ 21 000) dans le  bagne, établissement pénitentiaire, aujourd'hui disparu.

5 mai 1988 : la sanglante prise d'otages d'Ouvéa, une trentaine d’indépendantistes kanaks retiennent 16 gendarmes en otages. Bilan de l’assaut du GIGN : 2 morts parmi les attaquants, 19 côté insurgés ; tous les otages sont libérés.

1998 : signature des accords de Nouméa entre les représentants des parts pro et anti-indépendantistes. "Le texte reconnaît l’identité confisquée, la "dépossession des Kanaks", peuple mélanésien et pose les bases des institutions calédoniennes. Il existe une citoyenneté calédonienne".

Les Kanak représentent 39% de la population, les métropolitains et descendants de colons blancs, 27%,  le reste étant indoninsien..les 2/3 vivent à Nouméa, une agglomération qui englobe beaucoup de populations.

30 ans après la fin des violences politiques- les fameux accords de Nouméa- les clivages demeurent et les inégalités persistent entre kanaks et non-kanaks.

Le référendum sur l'indépendance prévu le 4 novembre apportera t-il  une solution ?

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.