Nouveau monde, France info

Collier connecté pour vaches et robot bineur

Les innovations technologiques ont envahi le salon de l’agriculture de Paris.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Collier connecté HeatPhone © Medria)

Voilà plusieurs années déjà que la technologie a envahi les champs. Les exploitants agricoles peuvent de plus en plus se faire aider par toutes sortes d’équipements high-tech.

Collier connecté

Parmi les plus étonnants : le bracelet connecté pour les vaches et les moutons (HeatPhone de la société Medria). C’est plutôt un collier car il se porte autour du cou, un peu comme la bonne grosse cloche mais en mieux. A l’instar des bracelets connectés pour êtres humains qui surveillent si on fait suffisamment d’exercice, ce collier analyse les mouvements et le niveau d’excitation de la vache afin de détecter, lui, la période des chaleurs. Lorsque c’est le cas, l’éleveur reçoit une alerte sur son smartphone.

Un autre capteur (Vel’Phone ) est capable de signaler le vêlage. Plus besoin surveiller des nuits entières dans l’étable. Dès que l’animal s’apprête à mettre bas, hop, une alerte. On pourrait citer également cette espèce de médicament connecté (San’Phone ) que l’animal avale, conserve dans son organisme toute sa vie, et qui transmet permanence des informations sur sa santé et des alarmes lorsqu’il y a un problème.

 

Outre les objets connectés pour l’élevage, il y a aussi les robots pour les cultures maraîchères

 Oui comme le robot-bineur Anatis (Carré et Naïo-technologies) qui sillonne tout seul les rangs de salade et qui est capable de détecter et d’arracher les mauvaises herbes. Comment fait-il ? Il se géolocalise par GPS et il est équipé de caméras qui lui permettent de distinguer une salade d’une mauvaise herbe. Ce n’est pas tout. Il peut aussi cartographier une parcelle d’exploitation, prendre des mesures et, grâce à ses capteurs, relever la luminosité, l’hygrométrie et la température du sol et de l'air et transmettre toutes ces données à distance. C’est un véritable robot d’aide à la décision pour les exploitants agricoles.

 Enfin, il y a les drones

 Les drones qui font de plus en plus partie du matériel agricole de base pour surveiller les cultures et savoir, par exemple, quelle zone a besoin d'engrais, de pesticides ou d'eau ou encore de mieux apprécier la période idéale pour la récolte (RedBird, Airinnov). Le drone filme. Les images sont même exploitables directement sur écran à bord d’un tracteur « connecté ». Tout cela permet de mieux cibler les interventions pour polluer moins.

 

(Collier connecté HeatPhone © Medria)