Cet article date de plus de quatre ans.

Micro européen. Salzbourg, premier sommet européen pour la présidence autrichienne de l'UE

écouter (5min)

Retour sur le sommet européen de Salzbourg des 19 et 20 septembre consacré aux migrations et au Brexit. Le résultat de ce sommet est-il positif ? Quelles sont les positions du chancelier Kurz ?

Article rédigé par
Publié
Temps de lecture : 1 min.
La Première ministre britannique Theresa May et le président de la République Emmanuel Macron lors du sommet européen informel de Salzbourg (Autriche), le 20 septembre 2018. (GEORG HOCHMUTH / APA)

Peut-on dire que le sommet de Salzbourg, consacré les 19 et 20 septembre aux migrations, a connu un bon résultat ? C'est la question à laquelle répond Stefan Brändle, correspondant du journal autrichien Der Standard. Le sommet à 28, organisé cette semaine par le chancelier Kurz, a été le premier convoqué par l'Autriche depuis le début de sa présidence de l'Union européenne en juillet dernier.

Les migrations, le sujet qui divise

Si les 28 ont bien trouvé un accord sur l'arrêt des arrivées de migrants illégaux, sur une meilleure gestion des retours pour les déboutés du droit d'asile et sur le renforcement du dialogue avec les pays d'origine, "il n'y a pas eu de progression, selon Stefan Brändle, il y a les principes et les faits". Le journaliste cite l'exemple de la Slovaquie qui a déclaré qu'elle ne souhaitait pas accueillir des réfugiés. 

De même tout le monde est d'accord pour une meilleure protection des frontières extérieures, mais au moment où il est question de déployer plus de garde-frontières européens (Frontex), l'Italie, l'Espagne, la Grèce et la Hongrie refusent cette solution et veulent des policiers nationaux, au nom de la souveraineté des frontières.

Fin de la présidence autrichienne le 31 décembre 2018

La présidence autrichienne de l'UE se termine au 31 décembre et il sera sans doute difficile au chancelier Kurz d'avoir un accord sur tous ces points d'ici trois mois, "même s'il est bien placé pour trouver une entente, car il peut parler aussi bien à Viktor Orban qu'à Emmanuel Macron", souligne Stefan Brändle. 

Brexit : revoir les propositions pour le futur accord

À Salzbourg, les négociations sur le Brexit ont été aussi abordées. Et sur ce point, les 27 partenaires de Theresa May ont une ligne commune. Ils ont demandé à la Première ministre britannique de revoir ses propositions pour le futur accord de retrait du Royaume-Uni de l'Union européenne.

Sebastian Kurz pourrait faire "avancer les choses grâce à sa souplesse politique." Tout cela se verra au cours des deux prochains sommets consacrés au Brexit, le 18 octobre pour le premier, et à la mi-novembre pour le second.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.