Micro européen, France info

La France tarde à réformer ses retraites

Le débat a été relancé cette semaine par une déclaration de François Rebsamen mais Matignon affirme qu'il n'y aura pas de nouvelle réforme d'ici à la fin du quinquennat. C'est pourtant un passage obligé selon Daniele ZAPPALA, correspondant du journal italien "Avvenire" et Kleis JAGER du quotidien néerlandais "Trouw".

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(Si l'économie redémarre, le système des retraites reviendrait à l'équilibre en 2025 © Maxppp)

Mardi dernier, le ministre du Travail n'a pas exclu d'allonger la durée de cotisation pour percevoir une retraite à taux plein. Il a aussitôt été contredit par sa collègue de la Santé, Marisol Touraine et par les services du Premier ministre. Pourtant, la France devra un jour réformer son système de retraite, comme l'ont fait les Pays-Bas en 2009 et l'Italie en 2012 avec Mario Monti, en pleine crise financière. Ces réformes sont passées par un recul de l'âge de départ à la retraite à 65 ans pour les néerlandais et 66 ans en moyenne pour les italiens.

Après la réforme Ayrault, la situation française n'est pas aussi grave qu'en Italie à l'époque et selon deux rapports publiés ces jours-ci, l'équilibre du régime général  pourrait être trouvé en 2020. Mais pour cela il faudrait une croissance suffisante et une diminution du chômage. Ce qui n'est pas encore gagné.

Les néerlandais ont bien accepté le principe que si l'on vit plus longtemps, on peut travailler plus longtemps. Les italiens ont protesté car il a fallu faire converger des régimes différents, et pour les femmes, qui bénéficiaient de régimes avantageux, la durée du travail est parfois augmentée de dix ans pour pouvoir partir à la retraite. 

La France pourrait attendre mais n'a-t-elle pas intérêt à travailler dès maintenant sur l'avenir des retraites ?

Il y a dans ce pays un rapport au travail particulier, "comme s'il fallait tenir le travail à distance" ; cela se voit quand il est question des 35 heures, ou de l'extension du travail le dimanche. 

En tout cas, un dossier prioritaire s'annonce, celui des retraites complémentaires : pour les régimes Agirc-Arrco, il pourrait en effet manquer 15 milliards d'euros en 2030. La Cour des Comptes recommande de reculer de deux ans la possibilité de toucher sa retraite complémentaire (64 ans au lieu de 62 ans). C'est déjà le cas aux Pays-Bas où les retraités ne perçoivent leur retraite complémentaire que deux ans après le début de leur retraite.

(Si l'économie redémarre, le système des retraites reviendrait à l'équilibre en 2025 © Maxppp)