Les Pourquoi, France info

Pourquoi ne peut-on pas utiliser son portable en avion?

Combien de fois l'hôtesse vous l'a-t-elle dit et répété ? "Merci de bien vouloir couper votre téléphone portable jusqu'à l'atterrissage et l'immobilisation complète de l'appareil". Mais pour quelle raison ? Qu'est ce que ça peut bien leur faire qu'on appelle tante Lucie pour qu'elle vienne nous chercher porte B?

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(©)

Avant tout, les compagnies invoquent la sécurité. Comme chacun sait, les avions sont bourrés d'électronique, petites bêtes très sensibles aux phénomènes électromagnétiques. Et donc aux interférences.
Mais ce problème de sécurité est tellement crucial que les compagnies travaillent depuis longtemps sur la question et ont trouvé une solution ces dernières années.

Désormais, les appareils Airbus et Boeing sont protégés contre les ondes et ne risquent donc plus rien.
Pourtant il est toujours rigoureusement interdit de téléphoner en avion. Pourquoi?

Pendant le vol, lorsque l'appareil est à son altitude de croisière, aux alentours de 10.000 mètres, les téléphones ne peuvent plus entrer en relation avec les relais au sol, trop bas. Mais les ingénieurs ont trouvé une parade : embarquer un relais qui rendra possibles les communications et les connexions internet.
Ne vous réjouissez pas trop vite, car vous pensez bien que ce service vous sera facturé ! En attendant, les compagnies aériennes ne veulent surtout pas vous habituer à utiliser votre téléphone sans leur verser un centime.
Ça, c'est ce que je vous avais dit dans un Pourquoi  de septembre 2010. En prenant soin d'ajouter : Jusqu'à preuve du contraire...

Ce n'est pas une coquetterie de langage. Le contraire est arrivé il y a une semaine, le vendredi 20. British Airways est devenue la première en Europe à autoriser l'utilisation des gadgets connectés pendant toute la durée du vol. La compagnie britannique précise que téléphones, tablettes, et autres consoles peuvent désormais être utilisées dès la montée dans l'avion et jusqu'après l'atterrissage. Dans un premier temps, sur le vol Londres-New-York, ce service est gratuit. Enfin, pas tout à fait. Car il est réservé aux passagers de business et de première classe.

Pour se consoler, une devinette : à quoi on reconnaît une hôtesse de l'air dans le métro? C'est la seule qui dit au revoir aux passagers.
Jusqu'à preuve du contraire...

(©)