VRAI OU FAUX. La France et l'Europe ont-elles investi deux fois plus dans la route que dans le train ces dernières années ?

En pleine campagne pour les européennes, la candidate écologiste Marie Toussaint affirme que "la France comme l'Europe ont investi deux fois plus ces dernières années dans la route que dans le rail". C'est plutôt vrai pour l'Europe mais en France la tendance s'est inversée récemment.
Article rédigé par Lise Roos-Weil
Radio France
Publié
Temps de lecture : 2 min
Des véhicules sur la N118 en Ile-de-France (photo d'illustration, le 24 septembre 2023). (VINCENT ISORE / MAXPPP)

Elle veut un "plan massif dans le ferroviaire". La tête de liste Europe Ecologie-Les Verts pour les élections européennes, Marie Toussaint, affirme sur France Inter que "la France, comme l'Europe, ont investi deux fois plus ces dernières années dans la route que dans le rail". Vrai ou faux ?

Marie Toussaint se base sur une vaste étude menée par l'ONG écologiste Greenpeace et publiée en juin 2023. L'association a compilé, sur trente ans, toutes les dépenses publiques d'investissement de chaque pays européen en matière d'infrastructures routières et ferroviaires, en se basant notamment sur les chiffres officiels publiés par le Forum international des transports, à l'OCDE. Tous les pays de l'Union européenne, la Norvège, la Suisse et le Royaume-Uni ont été analysés. L'étude compare donc des enveloppes budgétaires, elle ne rapporte pas ces dépenses au nombre de kilomètres de train ou de route dans chaque pays. Par ailleurs, elle compare uniquement les dépenses publiques.

L'Europe investit plus dans la route que dans le train, mais l'écart se réduit

D'après cette étude, l'Europe, dans son ensemble, a investi 66% de plus entre 1995 et 2018 dans la route par rapport au rail. C'est-à-dire un peu moins de deux fois plus. La longueur cumulée du réseau autoroutier a progressé de 60% entre 1995 et 2020 pour passer de 51 500 à 82 500 kilomètres. Sur la même période, le réseau ferroviaire a lui perdu 6,5%. Mais sur une période plus récente, entre 2018 et 2021, l'Europe a investi 34% de plus dans le réseau routier par rapport au réseau ferroviaire. On voit donc que l'écart se réduit.

En France, on ne peut pas dire que l'État investit "deux fois plus dans la route que dans le rail ces dernières années", comme le fait Marie Toussaint. Sur la première période étudiée, de 1995 à 2018, c'est vrai que la France a investi deux fois plus dans la route. Mais sur la période la plus récente, entre 2018 et 2021, Greenpeace constate une inversion de la tendance : la France s'est mise à investir un peu plus dans le ferroviaire, 10% de plus que dans la route.

En France, une inversion de la tendance

Les investissements augmentent, comme en témoigne le plan de 100 milliards d'euros d'ici à 2040 pour le ferroviaire, annoncé en février 2023. Le gouvernement veut notamment développer le train de nuit et les RER métropolitains. Même si les investissements dans les petites lignes augmentent, comme le montre ce rapport sénatorial, les usagers dénoncent un déséquilibre toujours criant entre les efforts faits sur les TGV et ceux faits sur les lignes de proximité. Ces dernières sont vieillissantes, plus vétustes, avec des trains moins réguliers. Selon un rapport réalisé par le préfet Philizot en 2020 et demandé par le gouvernement, 40% des petites lignes en France sont menacées de fermeture.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.