Cet article date de plus de huit ans.

Florian Philippot dit-il vrai sur l'austérité en Grèce ?

D'après le vice-président du Front national, "depuis 2009, les salaires [des Grecs] ont baissé en moyenne de 38%, leurs retraites de 45%, le PIB de 25% et la dette a augmenté de 35%." Du vrai et du faux.
Article rédigé par Antoine Krempf
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 5 min
  (Florian Philippot dit-il vrai sur les effets de l'austérité en Grèce ? © Maxppp)

Faux sur les salaires

Florian Philippot exagère alors que, franchement, la situation des Grecs n'est pas très enviable. L'index des salaires publié par l'agence de statistiques du pays affiche une baisse de 15 à 20% sur les six dernières années (selon si l'on corrige des variations saisonnières et des jours travaillés).  

Plus concrètement, la majorité des salariés du privé affiliés à l'Ika, principale caisse d'assurance sociale du pays, sont passés d'un salaire net moyen de 1.014 euros en 2009 contre 820 euros l'an dernier. 

Faux sur les retraites 

Le montant moyen des pensions en Grèce est de 833 euros par mois alors qu'il était de 1.350 en 2009, d'après les chiffres de l'INE-GSEE, branche du principal syndicat du pays. La baisse est vertigineuse mais plus faible que les 45% avancés par Florian Philippot. 

Plus inquiétant encore, d'après le gouvernement cité par l'agence Reuters, 45% des pensionnés reçoivent moins de 665 euros, c'est-à-dire sous le seuil de pauvreté. 

Vrai sur le PIB et la dette 

Comme l'affirme le vice-président du Front national, le PIB a effectivement perdu le quart de sa valeur depuis 2009. De son côté, le montant de la dette est resté stable depuis 2009, aux alentours de 310 milliards d'euros. Mais, du fait de la perte de PIB, son poids est de plus en plus lourd à porter. Elle représente 175% du PIB actuellement, contre 130% en 2009.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.