Le roman des espions, France info

Les opérations "Roméo" : des espionnes piégées malgré elles en RFA

Des fonctionnaires ouest-allemandes ont longtemps fourni des renseignements au Kremlin, simplement par amour.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
(© Marcus Wolf)

Opération "Roméo" est le terme occidental mais l'invention est de Markus Wolf, le chef du contre-espionnage de la RDA.

D'une manière très est-allemande, il a établi un protocole : chercher une femme seule, une secrétaire de direction administrative, qui attend une histoire d'amour. Puis mettre dans son lit un beau garçon. Un "Roméo" qui va la séduire et la convaincre de récupérer certaines informations.

 

Toutes ces femmes, en quelque sorte, sont des espionnes malgré elles. Certaines, les agents d'influence par exemple, étaient consentantes, mais savaient-elles toutes à quel point elles étaient manipulées ? Dans le cas des cibles de Roméo, elles étaient totalement ignorantes ou le sont restées très longtemps.

 

La première victime était Leonore Heinz qui travaillait dans un ministère de la RFA. Elle a été approchée en 1957 par un Allemand de l'Ouest de Fribourg, recruté par la KGB. Après leur mariage, en 1960, Heinz Sütterlin a affirmé à sa jeune épouse qu'il travaillait pour une organisation mondiale œuvrant pour la paix. Elle lui confia donc tout ce qu'elle savait des relations Est-Ouest !

 

Quand elle a appris la vérité, Léonore n'a pas été troublée en découvrant qu'elle travaillait pour les Soviétiques. C'est une des particularités des opérations Roméo : son amour pour Heinz était assez profond pour qu'elle l'accepte ! Mais quand la CIA lui a révélé la pleine vérité, que son mari l'avait épousé sur ordre du KGB, elle a mis fin à ses jours.

 

Grâce à Leonore et pendant plusieurs années, les Soviétiques ont reçu les documents diplomatiques de la RFA avant même le ministre allemand !

 

Certains Roméo ne sont pas restés de marbre. Le renseignement se mélange très souvent avec de vraies histoires d'amour ! L'illégal Est-allemand Henze, par exemple, a pris trois ans avant de demander des renseignements à Margret Höke, la secrétaire de la présidence fédérale qu'il avait séduit. La longueur de l'engagement est caractéristique des Roméo à la différence des Hirondelles.

 

Les Hirondelles, c'était du chantage aux mœurs ! Des femmes, et des hommes, qui piégeaient des diplomates occidentaux pour les faire chanter. Les Roméo, eux, utilisaient de vrais sentiments et se présentaient parfois sous un faux pavillon.

 

C'était le cas pour Margret Höke et pour Heidrun Hofer, une secrétaire du renseignement extérieur de la RFA : les deux ont longtemps cru travailler pour des groupes néonazis.  La première a fourni des renseignements pendant quatorze ans avant d'être arrêtée : les documents livrés représentaient plus de dix cartons au Kremlin !

 

(© Marcus Wolf)