Le mot de l'éco, France info

Le mot de l'éco. Le bitcoin s'envole

Le cours de cette monnaie virtuelle atteint des sommets. Une nouvelle bulle spéculative ? 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
avatar
franceinfoIsabelle ChaillouRadio France

Mis à jour le
publié le

Le cours du bitcoin flambe. Un nouveau record vient de le faire grimper au-dessus de 7 000 dollars. 
Le cours du bitcoin flambe. Un nouveau record vient de le faire grimper au-dessus de 7 000 dollars.  (STUDIOEAST / GETTY IMAGES ASIAPAC)

Le cours du bitcoin, cette monnaie virtuelle, atteint des sommets. Il a grimpé cette semaine jusqu'à 7 392 dollars. C'est quasiment sept fois plus qu’en début d'année. Et cet engouement pour le bitcoin commence à ressembler à une nouvelle bulle spéculative.  

100 000 sites en ligne acceptent le bitcoin

 C'est vrai que le bitcoin n’en finit plus de grimper. C'est la plus connue des crypto monnaies, ces monnaies électroniques, dématérialisées et surtout privées. Le bitcoin ne dépend en effet d'aucun état, ni d'aucune banque centrale. Et pourtant, on peut s'en servir pour faire des achats. Aujourd'hui, près de 100 000 sites de ventes en ligne acceptent ce moyen de paiement. Mais surtout, plus qu'une monnaie, le bitcoin est en train de devenir une valeur spéculative ; une valeur qu'on achète en espérant faire une plus-value sur la revente.  

D'ailleurs, si la valeur du bitcoin s'est envolée, c'est notamment parce qu’un des plus importants opérateurs boursiers de la planète dans les marchés à terme, a annoncé cette semaine, qu'il allait en quelque sorte coter les bitcoins. Ce qui constitue à la fois une reconnaissance mais aussi un gage de respectabilité pour les monnaies virtuelles. Au printemps, le Japon avait déjà annoncé qu'il allait accepter le bitcoin comme une monnaie légale.  

Les grandes institutions financières doivent se positionner  

Elles le font avec un peu de retard quand on sait que le bitcoin a été créé en 2009. Mais c'est vrai que le FMI commence à s'intéresser de près au bitcoin. Du côté des grandes banques, la puissante Goldman Sachs dit réfléchir aux usages des monnaies virtuelles et son grand patron, Lloyd Blankfein, fait même un parallèle entre les usages du bitcoin et le passage de l'or aux billets de banques.  

Il y aujourd'hui un double enjeu autour des monnaies virtuelles  

D'abord en effet, le risque d’éclatement de la bulle qui s'est créée, ce qui pourrait évidemment ruiner ceux qui auraient parié gros sur le bitcoin, mais pas forcément ébranler profondément le système financier. La capitalisation des bitcoins, c’est-à-dire la valeur totale des bitcoins en circulation aujourd'hui, avoisine les 75 milliards de dollars. A titre de comparaison, la valeur des 100 plus grandes entreprises de la planète représente près de 18 000 milliards de dollars.  

Le bitcoin échappe à la règlementation financière  

Et notamment, parce que le bitcoin permet des paiements anonymes. Ils sont donc accusés de faciliter la fraude fiscale mais aussi le financement des activités criminelles. D'ailleurs la Chine, qui représente 60% des échanges de bitcoins, a décidé en septembre d'interdire les levées de fonds en monnaie virtuelle pour limiter les fuites de capitaux et l’évasion fiscale.  

Le cours du bitcoin flambe. Un nouveau record vient de le faire grimper au-dessus de 7 000 dollars. 
Le cours du bitcoin flambe. Un nouveau record vient de le faire grimper au-dessus de 7 000 dollars.  (STUDIOEAST / GETTY IMAGES ASIAPAC)