Le décryptage éco , France info

Le décryptage éco. La Belgique tourne le dos à l’Europe de la défense et achète des avions de combat américains

La Belgique choisit d'acheter 34 avions F35 américains plutôt que des Rafale français ou le Typhoon européen. 

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Un F-35 en vol.
Un F-35 en vol. (CHRISTINE GROENING / US AIR FORCE)

La Belgique préfère les avions de chasse américains aux européens. Jeudi 25 octobre, le gouvernement belge a annoncé avoir choisi finalement le F35 américain plutôt que notre Rafale pour renouveler sa flotte. Une nouvelle qui ne passe absolument pas de ce côté-ci de l’Atlantique.

Autant dire que le Premier ministre belge Charles Michel va se faire quelques ennemis chez les partisans de l’Europe de la défense. Exit donc le Rafale du français Dassault et le Typhoon du consortium européen Eurofighter. La Belgique va acheter 34 F35 Lockheed Martin pour remplacer ses F16 à partir de 2023, un contrat estimé entre 3,5 milliards et 4 milliards d’euros.

Le Premier ministre belge minimise. Cet achat, dit-il, se fait en même temps que celui d’autres équipements, européens ceux-là, notamment des drones et plus de 400 blindés, lourds et légers, fabriqués par les français Thales, Nexter ou l’ancien Renault Trucks. Pas sûr que cela calme les esprits, d’autant qu’il s’agit d’avions de combat. C’est hautement symbolique.

Un choix politique et économique

La Belgique se retranche derrière l’argument des procédures d’appels d’offre des marchés publics qui veulent que le moins cher l’emporte. Le gouvernement assure que le F35 était de ce point de vue le meilleur compromis, avec 30% de composés européens et des retombées assez fortes pour l’industrie belge. Ce qui doit être relativisé car la maintenance du matériel est sous contrôle américain, y compris sur les terrains d'opération avec des logiciels pilotés depuis les Etats-Unis.

En Belgique, l'opposition voit le choix du F35 américain comme une victoire des nationalistes flamands de la N-VA (Nouvelle alliance flamande), qui flirte avec l’extrême droite, occupe une place centrale dans la coalition au pouvoir et elle est réputée atlantiste (pro Otan). Or, c'est peu connu : au sein de l'Otan, la Belgique est chargée de la mission nucléaire. Et le F35 peut emporter des bombes nucléaires de fabrication américaine.

La Belgique est le sixième pays européen à faire le choix de l’avion américain. Le F35 équipe déjà la défense de l’Italie, du Danemark, de la Norvège, des Pays-Bas et du Royaume-Uni. Désespérant pour l’Europe de la défense, cela l’est d’autant plus qu’on retrouve le même état d’esprit dans le secteur spatial. Certains pays européens font lancer leurs satellites par les Américains alors que nous avons notre propre lanceur Ariane. Depuis jeudi, il y en a un qui doit bien rire encore un peu plus… c’est Donald Trump.

Un F-35 en vol.
Un F-35 en vol. (CHRISTINE GROENING / US AIR FORCE)