INFO FRANCEINFO. Logement : la CPME va présenter à Elisabeth Borne une série d'actions pour relancer la construction

Les réservations de logements neufs auprès des promoteurs immobiliers s'établissent à un niveau historiquement bas au premier trimestre 2023 : à peine 20 000, soit 41% de moins qu'un an auparavent, selon les statistiques provisoires du ministère de la Transition écologique.
Article rédigé par France Info, Fanny Guinochet
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 2 min
Construction d'un immeuble dans le centre-ville de Nancy, le 23 avril 2023. (CEDRIC JACQUOT / MAXPPP)

La Confédération des petites et moyennes entreprises (CPME) présentera lundi 22 mai une série d'actions à la Première ministre Elisabeth Borne, lors d'un entretien à Matignon, pour relancer la construction de logements, dont l'activité ralentit ces derniers mois en raison de la hausse des taux d'intérêts, a appris vendredi 18 mai franceinfo. 

Le syndicat patronal propose notamment la réduction des délais pour la délivrance des permis de construire, en diminuant par exemple les durées de préemption des communes. Il propose également des incitations fiscales pour les communes qui construisent.  

Le syndicat souhaite également que le gouvernement aide les particuliers à accéder à la propriété, ou à investir dans l’immobilier. Il propose de raccourcir les délais entre la promesse et la vente définitive et d'assouplir les conditions d’accès aux crédits immobiliers en tenant mieux compte du patrimoine des emprunteurs, notamment quand ils sont âgés. 

Des mesures pour la rénovation énergétique des logements

La CPME va proposer à Elisabeth Borne de faciliter les donations si l’argent est utilisé pour rénover un logement, notamment pour des travaux d'isolation et de créer un système spécial de préfinancement pour la rénovation, une sorte d’avance des fonds par l’Etat, qui se porterait garant et pourrait récupérer sa mise lors de la revente du bien. 

Enfin, le syndicat propose la création d’un crédit d’impôt pour les frais de déménagement pour mobilité professionnelle et demande que l’impôt sur le revenu des travailleurs modestes qui acceptent de changer de région pour travailler soit réduit, voire annulé. 

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.