Plusieurs produits alimentaires sont ou vont être difficilement accessibles

écouter (5min)

La moutarde vient à manquer. Ce sera peut-être la grande absente de cet été. C'est le focus de "franceinfo conso", avec l'enquête du magazine "60 Millions de consommateurs". Mais ce n'est pas le seul produit alimentaire concerné. 

Article rédigé par
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Pénurie de moutarde et d'huile dans les magasins depuis le printemps, mais la guerre en Ukraine n'est pas seule à être en cause. (Illustration) (NICOLAS CREACH / MAXPPP)

La moutarde, celle sans qui les barbecues n'ont pas la même saveur, pourrait bien manquer cet été. Vous vous en êtes peut-être déjà rendu compte. C'est l'une des pénuries les plus spectaculaires du moment. Mais il y en a d'autres. Des rayons vides, certains rayons vides au supermarché. Les précisions de Lionel Maugain, du magazine 60 Millions de consommateurs.

franceinfo : Quelles sont justement ces ruptures de stock, comment les expliquer, quelles sont ces pénuries aujourd'hui ? De quelle ampleur sont-elles ? 

Lionel Maugain : C'est d'une ampleur jamais vue. Selon les grandes surfaces, il y a des produits qui manquent. En premier lieu, la moutarde, mais avant tout, toutes les huiles puisque l'huile de tournesol est fabriquée essentiellement en Ukraine et en Russie. Et les consommateurs l'ont très très vite su et ils se sont rués dans les rayons au début de la guerre. Les rayons ont été vidés rapidement et cela chaque semaine.

Il y a eu des reports d'achats sur les autres huiles, l'huile de colza, d'arachide, le beurre pourrait aussi manquer. D'autant plus que la collecte de lait, ce printemps, n'a pas été au maximum, loin s'en faut. Et donc il manque des stocks. Lactalis lance une alerte : risque de pénurie cet été. Toutes les matières grasses à frire en réalité, risquent de manquer. Non seulement elles sont chères, mais elles risquent d'augmenter. 

Et les chiffres que vous avancez sont assez impressionnants, sur ces pénuries, des ruptures de stocks dans un quart, un tiers des supermarchés pour certains produits ? 

D'habitude, en temps normal, chaque rayon est approvisionné à 98%. Là, on a un tiers à un quart de rayon ou le produit manque. Ça concerne donc les huiles, mais aussi tout ce qui est dérivé et qui dépend des huiles. Par exemple, la vinaigrette à la moutarde , les pommes de terre surgelées qui sont confectionnés avec de l'huile, donc, c'est véritablement nouveau parce qu'on a une telle puissance en France de la grande distribution qui fait qu'on n'avait jamais connu une situation comme celle-là. 

C'est assez spectaculaire ces ruptures de stock pour la moutarde, elle manque pour plusieurs raisons, et pas seulement à cause de la guerre en Ukraine ? 

Elle manque parce qu'on manque de graines de moutarde depuis un moment. Le premier pays producteur au monde, c'est le Canada. Ils ont déjà réduit nettement leurs champs de graines de moutarde au profit du blé, qui était plus rémunérateur déjà à l'époque. Et en plus, il y a eu une récolte catastrophique en 2021 à cause d'une sécheresse là-bas . La production s'est écroulée. On est passé de 135 000 tonnes à 71 000 tonnes cette année.

Et puis les autres pays exportateurs, c'est la Russie et l'Ukraine. Et en plus en France, on cultive un peu de la moutarde et celle qu'on préfère, c'est la moutarde brune et la graine de moutarde brune. Simplement, on a eu un problème, c'est que le principal ravageur des graines de moutarde s'appelle la "grosse altise" a ravagé plus de la moitié de certaines récoltes. Donc c'est un enchaînement et une succession de faits qui font que non seulement la moutarde, on ne peut pas la fabriquer, mais en plus elle risque de manquer longtemps.

Ce que vous observez, c'est que quand ces produits viennent à manquer, la demande augmente, et c'est un peu un cercle vicieux qui se met en place ? 

En ces temps où les achats sont de plus en plus onéreux, on essaye de faire de bonnes affaires avant que les prix augmentent. Effectivement, les consommateurs ont vite compris que la guerre en Ukraine allait avoir des conséquences sur l'approvisionnement dans certains produits et on est face à des rayons vides. Et ça, ça fait plusieurs semaines que ça dure, depuis le printemps. 

Comment les choses peuvent-elles évoluer ?

Ce qu'on constate, c'est que les distributeurs font tout pour se procurer des produits pour approvisionner leurs rayons, y compris de marques qu'on ne connaît pas. Donc tout est fait pour trouver des solutions alternatives et pour servir les consommateurs.

Ces problèmes d'accès à certaines matières premières, comme la farine aussi, sont très importants. On peut parler aussi des œufs, puisqu'il y a eu un abattage massif de volailles, y compris de poules pondeuses qui ont provoqué une pénurie d'œufs. Mais il y a déjà des marques qu'on ne connaît pas qui viennent d'ailleurs, ce qui est déjà le cas pour les œufs, pour la farine, pour les huiles. Mais bon, on est encore à l'abri d'une véritable pénurie, excepté peut-être celle de la moutarde.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.