Covid-19 : quelle est la position des Églises catholique et orthodoxe face à la vaccination ?

écouter (6min)

Dans le club des correspondants, franceinfo passe les frontières pour voir ce qu'il se passe ailleurs dans le monde. Aujourd'hui, direction le Vatican, la Grèce et Chypre pour voir la position des Églises chrétiennes par rapport au vaccin contre le Covid-19.

Article rédigé par
Bruce de Galzain et Angélique Kourounis - franceinfo
Radio France
Publié Mis à jour
Temps de lecture : 4 min.
Le pape François visite un centre de vaccination contre le Covid-19 au Vatican, le 2 avril 2021. Photo d'illustration. (AFP / VATICAN MEDIA)

Alors qu'en France, les centres de vaccination contre le Covid-19 sont beaucoup moins remplis début février, avec des centres parfois déserts, le club des correspondants s'intérresse à la position des Églises chrétiennes face à la vaccination. Direction le Vatican, la Grèce et Chypre. 

Le Vatican en pointe sur l’obligation vaccinale

Au Vatican, depuis le début de la pandémie, le Pape s'est érigé en défenseur des vaccins contre le Covid-19. C'est d’ailleurs le seul État du continent européen qui impose l'obligation vaccinale à tous ses employés. Ils sont près de 5 000. Il y a d'abord eu les salariés en contact avec le public, le personnel sanitaire, les forces de l'ordre mais depuis lundi tous ceux qui travaillent au Vatican ou viennent y travailler doivent donc être vaccinés et avec la troisième dose. Sinon, ils risquent de voir leur salaire suspendu. C'est en tous cas la procédure, s'ils ne sont pas au travail ils sont en absence injustifiée et ne sont pas payés. Il peut même y avoir des sanctions disciplinaires mais le Vatican souligne qu'il faut voir l'obligation vaccinale non pas comme un instrument de répression mais comme une mesure qui protège. Le pass vaccinal est aussi obligatoire dans les musées du Vatican mais pas dans la basilique Saint-Pierre. 

Il n’est pas question de se soustraire au vaccin que le Pape lui-même n'a jamais cessé de promouvoir. Il a même marqué les esprits très vite, il y a déjà plus d'un an, en janvier 2021, alors que la vaccination commençait à peine. Cela faisait un moment qu'il appelait les dirigeants et l'industrie pharmaceutique à ne pas oublier les plus vulnérables. Mais là le Pape insistait sur la responsabilité morale que nous avions tous à nous faire vacciner. "C'est un choix éthique, parce ce qu'on met à risque sa santé, sa vie, mais aussi la vie des autres, a expliqué le Pape.

"Je ne sais pas pourquoi certains disent : ‘Non, le vaccin est dangereux.’ Mais si les médecins le présentent comme une chose qui peut être bien, qui ne présente pas de risques particuliers, pourquoi ne pas le faire ? Il y a un négationnisme suicidaire que je ne saurais pas expliquer, mais aujourd'hui il faut se faire vacciner."

Pape François

Il y a six mois le pape encourageait encore ceux qui n'avaient pas franchi le pas en leur expliquant que se faire vacciner était "un acte d’amour". Pour autant le pape ne veut pas stigmatiser les non vaccinés. La semaine dernière en recevant un consortium de journalistes catholiques qui font du fact-checking sur les vaccins, François a mis en garde contre les fake news, la déformation de la réalité basée sur la peur, les informations inventées mais il a aussi insisté sur le respect à avoir pour les personnes qui croient ses fake news. "Nous devons respecter leurs doutes, leurs inquiétudes, a dit François, en essayant de les accompagner sans jamais les traiter avec condescendance."

Un clergé orthodoxe grec réticent à la vaccination

En Grèce, les chiffres du Covid-19 ne cessent de grimper, là où le clergé orthodoxe est très réticent à la vaccination. Les décès liés au coronavirus se multiplient, notamment dans le nord du pays, au Mont Athos, la république religieuse semi-autonome interdite aux femmes. Environ 1 700 moines vivent au Mont Athos et plus de 40 sont morts depuis le début de la pandémie avec une très nette accélération des décès ces derniers mois. Beaucoup mettent en doute l’existence du virus et refusent le vaccin. "Ils ne croient pas en l’existence du virus. Ils font un amalgame entre vaccin et virus, explique père Joseph qui vit au Mont Athos. Bien que certains soient tombés malades, ils continuent de refuser d’appliquer les gestes barrières et de voir la situation telle qu’elle est. Le pire, c’est qu’ils recommandent aux moines comme aux laïques de ne pas se faire vacciner.”
   
Après des mois de résistance, l'église orthodoxe grecque a fini par appliquer les gestes barrières imposés par le gouvernement comme le port du masque dans les offices et la limitation du nombre de fidèles durant la messe. Face aux anti-vaccin, elle commence timidement à hausser le ton car le chef de l'Église orthodoxe de Chypre très proche d'Athènes a ouvert la voie. Depuis lundi, douze prêtres non vaccinés sont suspendus pour une durée de trois mois car ils ne respectent pas les règles de l'Église chypriote orthodoxe à propos du Covid-19. S’ils persistent à refuser le vaccin, ils seront défroqués. Si des évêques leur viennent en aide leur salaire et ceux des popes secourus seront suspendus. Cela ne s'est jamais vu dans les annales religieuses, ni de Chypre ni d'Athènes, car chez les orthodoxes chaque pope chaque évêque est libre de faire ce qu'il veut. D'autant que l'Église grecque a prévenu qu'il ne faut pas mélanger religion et vaccin. Elle ne l'avait jamais fait auparavant, et elle n’a pas réagi, ça aussi c'est nouveau, à l'annonce de l'ouverture d'une enquête judiciaire à l'encontre des moines et popes anti-vaccin en Grèce. C'est un peu comme si elle donnait sa bénédiction au gouvernement pour aller de l’avant.

Commentaires

Connectez-vous à votre compte franceinfo pour participer à la conversation.