Le brief politique , France info

Le brief politique. Thierry Mariani ne sera pas sanctionné pour avoir prôné un rapprochement avec le FN

Si son cas sera évoqué au bureau politique des Républicains mardi, l’ancien ministre Thierry Mariani ne sera pas sanctionné pour son appel du pied au Front national.

--'--
--'--
Copié dans le presse-papier !
Thierry Mariani avait plaidé pour un \"rapprochement\" avec le Front national dans une interview au Journal du dimanche, publiée alors que le parti de Marine Le Pen tient son congrès à Lille.
Thierry Mariani avait plaidé pour un "rapprochement" avec le Front national dans une interview au Journal du dimanche, publiée alors que le parti de Marine Le Pen tient son congrès à Lille. (ALAIN JOCARD / AFP)

Thierry Mariani peut se rassurer, il ne sera pas sanctionné pour son appel du pied au Front national. Dimanche, lui-même se demandait s’il n’allait pas carrément être exclu du parti : des amis lui ont dit que son cas allait être évoqué au bureau politique mardi et qu’il risquait des sanctions. En fait, pas du tout : "Thierry Mariani a le droit d’avoir un point de vue mais sa position est isolée, il ne peut pas parler au nom des Républicains", a-t-on pu lire sur le sms du plus proche conseiller de Laurent Wauquiez.

La note du brief

La note du jour est un 20/20 pour ce lapsus d’Edouard Philippe et sa réaction, samedi, lors de son discours pour le lancement officiel du comité d’organisation de la Coupe du monde de rugby. "Et parce que la France est une nation qui veut continuer à sucer…", a ainsi fourché le Premier ministre avant de s’interrompre… et de rectifier : "La France est une nation qui veut continuer à susciter des grands champions…"

Thierry Mariani avait plaidé pour un \"rapprochement\" avec le Front national dans une interview au Journal du dimanche, publiée alors que le parti de Marine Le Pen tient son congrès à Lille.
Thierry Mariani avait plaidé pour un "rapprochement" avec le Front national dans une interview au Journal du dimanche, publiée alors que le parti de Marine Le Pen tient son congrès à Lille. (ALAIN JOCARD / AFP)